Schumann : 5 choses que vous ne savez peut-être pas sur lui

Comme Chopin, Schumann écrit beaucoup pour le piano, meurt jeune et est un compositeur romantique. Mais que savez-vous de sa vie ?

 

Chopin et Wagner sont nés la même année que Schumann

Faux. Schumann et Chopin sont tous les deux nés en 1810. Wagner, en revanche, voit le jour en 1813. Ils font partie des compositeurs qu’on a appelés “la génération 1810”, car ils sont tous nés à quelques années d’intervalle. Parmi eux citons également Mendelssohn (en 1809), Berlioz et Liszt (en 1811), et Verdi (en 1813). Tous sont des compositeurs romantiques.

 

A lire aussi

 

Clara et le piano sont les deux amours de Schumann

Vrai. Clara Wieck est la fille du professeur de piano de Schumann. Lorsqu’il la rencontre, elle a onze ans. Avec le temps, les sentiments du compositeur vont se muer en une véritable passion. Partagée. Mais le père est opposé à leur union et ils devront patienter trois ans pour pouvoir se marier à la majorité de Clara. Comme Schumann, Clara est pianiste. Le piano est donc au centre de leur vie et de l’œuvre du compositeur. C’est Clara qui créera sur scène le Concerto pour piano de son mari.

 


(K.Buniatishvili, Orchestre de la  Radio de Francfort, dir. P.Järvi)

 

Brahms fait partie des compositeurs que Schumann a défendu

Vrai. Lorsque Schumann rencontre Brahms en 1853, il est émerveillé du talent du jeune homme. Brahms a alors vingt ans, et devient un ami proche des Schumann. Robert favorise autant qu’il peut le démarrage de sa carrière. Il le présente à ses amis, le recommande à un éditeur, et écrit à son propos un article très élogieux dans sa propre revue musicale. Mais Brahms n’est pas le seul à susciter l’admiration de Schumann. Chopin et Berlioz font aussi partie des musiciens contemporains que Schumann défend vivement dans sa “Nouvelle revue musicale”, de même que déjà disparus Beethoven, Mozart ou Weber. Quant à Mendelssohn, il est l’un des meilleurs amis de Schumann. Après sa disparition, le couple Schumann nomme leur dernier né Felix en souvenir de lui.

Felix Mendelssohn

 

Schumann est devenu fou et est mort dans un asile psychiatrique

Vrai. De multiples hypothèses ont été formulées quant à la maladie de Schumann. On a parlé de trouble bipolaire, de schizophrénie, ou encore des conséquences d’une syphilis contractée dans sa jeunesse. Certains prétendent même que Schumann n’était pas fou, mais que ses relations avec Clara s’étaient tellement dégradées qu’elle a pris le parti de le faire enfermer – ce qui paraît un peu léger comme explication. Schumann a toujours eu une tendance à la mélancolie et aurait eu des idées suicidaires, lorsqu’un problème à la main annihile ses espoirs de carrière pianistique, puis plus tard en 1854. Souvent, les compositeurs romantiques sont très à l’écoute de leurs émotions, de leurs changements d’humeur, et les traduisent dans leur musique. Néanmoins Schumann va plus loin en séparant son caractère en deux, et en attribuant un personnage symbolique à chacune des deux moitiés : Eusebius et Florestan. A la fois noms de plume et personnages musicaux, ces deux protagonistes traversent presque toute l’œuvre schumanienne. Certains ont voulu y voir un dédoublement de la personnalité. Quoi qu’il en soit, Schumann est interné en 1854 et meurt deux ans plus tard à l’hôpital psychiatrique, à quarante-six ans.

 

A lire également

 

L’Europe est essentielle pour Robert Schumann, qui a participé activement à sa construction politique et économique.

Faux. Notre compositeur ne fait pas de politique. Ses combats sont uniquement artistiques. Lorsqu’il meurt en 1856, l’Europe n’a d’ailleurs pas le visage qu’on lui connaît aujourd’hui. Par exemple Nice et la Savoie ne sont rattachées à la France qu’en 1860, lors des péripéties de l’unité italienne. Mais en 1886, trente ans après sa mort, naît un autre Robert Schumann. Celui-ci sera très actif après la seconde guerre mondiale pour réconcilier les peuples à travers des intérêts économiques communs. Il est considéré aujourd’hui comme l’un des pères fondateurs de “l’Europe”.

 

Sixtine de Gournay

 

Plus d’articles Vrai-Faux