MENDELSSOHN Felix – la biographie

(1809-1847) Epoque Romantique

Mendelssohn, comme les autres compositeurs du début du XIXème siècle, appartient à la génération romantique. L’une des plus talentueuses de l’histoire de la musique, et ce dans toute l’Europe ! Ses œuvres relèvent de tous les genres, à l’exception de l’opéra, et témoignent bien d’une période où poésie et philosophie sont étroitement liées en Allemagne à la musique.

 

Mendelssohn en 10 dates :

  • 1809 : Naissance à Hambourg
  • 1826 : Ouverture du Songe d’une nuit d’été
  • 1831 : Premier concerto pour piano
  • 1835 : Directeur du Gewandhaus de Leipzig  
  • 1837 : Mariage avec Cécile, fille de pasteur
  • 1842 : Symphonie n°3 « Ecossaise » (création)
  • 1844 : Concerto pour violon n°2
  • 1846 : Oratorio Elias (création)
  • 1847 : Quatuor à cordes op. 80
  • 1847 : Mort à Leipzig

 

Enfant prodige, Mendelssohn commence à composer dès l’âge de 12 ans

Petit fils d’un philosophe réputé et fils d’un banquier, Félix est un enfant prodige qui apprend la musique aussi bien et aussi vite que d’autres disciplines, comme les langues ou le dessin. Il compose dès l’âge de douze ans et bénéficie avec sa sœur Fanny également très douée, d’un entourage favorable, ses parents recevant à Berlin toute l’élite culturelle et musicale. Il joue du piano, du violon et de l’orgue. Avec son père il séjourne à Paris en 1825 et se voit proposer d’entrer au conservatoire, mais préfère rentrer à Berlin où il s’inscrit à l’université. A seize ans il compose un Octuor pour cordes, puis l’année suivante une Sonate pour piano en mi majeur op. 6 et une Ouverture pour Le songe d’une nuit d’été de Shakespeare, qu’il a lu dans une traduction allemande. Cette oeuvre révèle son talent d’orchestrateur. Elle est jouée pour la première fois début 1827 et sera complétée bien plus tard, en 1843, par douze numéros de musique de scène, dont la fameuse Marche nuptiale.

 

A lire aussi

 

Après avoir tiré de l’oubli la Passion selon Saint Matthieu de Bach, Mendelssohn voyage en Europe et écrit son premier concerto pour piano

A la fin de ses études universitaires, Mendelssohn dirige à Berlin devant le roi de Prusse et d’importantes personnalités comme Hegel La Passion selon Saint Matthieu de Bach, qui était oubliée depuis longtemps. Puis il part en Angleterre et en Ecosse où il sera très apprécié et retournera souvent. C’est ensuite l’Italie où il compose son premier concerto pour piano, dont l’Andante recèle des merveilles proches de celles de Chopin, son presque jumeau puisque né un an plus tard en 1810. Le dialogue du piano avec l’orchestre fait alterner le thème dans un climat d’une sensualité inspirée par la dédicataire de l’œuvre, Delphine von Schauroth, une jeune pianiste et compositrice rencontrée avant son départ. Le premier et le troisième mouvements ont un caractère différent, très vif, exigeant du pianiste une virtuosité dont Félix était lui-même capable.

 

Le Gewandhaus de Leipzig lui propose le poste de directeur

Devenu une célébrité musicale, Mendelssohn se voit proposer plusieurs postes et choisit celui de directeur du Gewandhaus de Leipzig. Il le restera jusqu’à sa mort. Très lié notamment avec Schumann, il inscrit au répertoire les œuvres de ses contemporains, et aussi les siennes, comme la Symphonie écossaise, imaginée pendant un voyage en Ecosse en 1829, et créée avec succès en 1842. En tant que chef d’orchestre, Mendelssohn va également diriger des oeuvres de Bach, qu’il veut faire redécouvrir au public allemand.

 


La salle du Gewandhaus de Leipzig à l’époque de Mendelssohn 

 

 

Le Concerto pour violon n°2 remporte un énorme succès dès sa création

Le Second concerto pour violon est encore aujourd’hui l’un des plus joués par les violonistes. Sa composition a pris plusieurs années, jusqu’en 1844. Le premier mouvement commence par un solo nostalgique du violon, dont le thème est repris par l’orchestre dans un tutti flamboyant. La douce mélodie du deuxième mouvement est un sommet du romantisme, et le dernier mouvement une féerie qui rappelle le Songe d’une nuit d’été. L’œuvre, créée au Gewandhaus de Leipzig, fut tout de suite un grand succès.

 


Concerto pour violon n°2 en mi mineur, 1er mouvement (A.-S. Mutter, Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. K. Masur)

 

 

L’oratorio Elias et le Quatuor à cordes op.80 sont ses derniers chefs-d’oeuvre

C’est en 1846 que fut rapidement composé et créé à Birmingham l’oratorio Elias, sur le modèle, très prisé des anglais, des oratorios de Haendel. Il est créé en Angleterre, au Festival triennal de Birmingham, la même année. Berlioz l’entendra à Londres peu après la mort du compositeur, et ne cachera pas son admiration.
Le décès de sa soeur Fanny, en mai 1847 à l’âge de 42 ans, plonge Mendelssohn dans un profond chagrin. Il lui inspire le Quatuor à cordes en fa mineur op 80, son oeuvre ultime. Mendelssohn s’éteint six mois plus tard, le 4 novembre 1847, victime comme Fanny d’une attaque cérébrale. Il a 38 ans.

 

 

Philippe Hussenot

 

Plus de compositeurs