INSOLITE – Mozart, Chopin, Clara Schumann : Découvrez le casting idéal pour incarner ces célèbres compositeurs au cinéma

HadiKarimi/Vianney Le Caer/AP/SIPA

Le 75ème Festival de Cannes se déroule en ce moment jusqu’au 28 mai. A cette occasion, nous avons imaginé le casting idéal pour de futurs biopics sur les plus célèbres compositeurs : Mozart, Chopin ou encore Liszt. Voici les acteurs d’hier et d’aujourd’hui qui pourraient les jouer à la perfection !

Frédéric Chopin incarné par Thimothée Chalamet, la sensibilité assumée

Timothée Chalamet : Crédits Evan Agostini/AP/SIPA

Né en 1995, Timothée Chalamet est l’étoile montante du cinéma américain. Il partage avec Frédéric Chopin non seulement des racines françaises, mais aussi l’amour du piano. Dans le film Call me by your name de Luca Guadagnino, il s’amuse à jouer Bach « à la manière de Liszt » : Capriccio sur le départ de son frère bien-aimé, BWV 992. Le jeune acteur à la mèche rebelle a donc quelques prédispositions pour se mettre dans la peau de Frédéric Chopin.

 

Marion Cotillard dans la peau de Clara Schumann, un art au service des autres

Hadi Karimi/Wiki Commons – Marion Cotillard : Crédits Chris Pizzello/AP/SIPA

 

Marion Cotillard a reçu l’Oscar de la meilleure actrice en 2008 pour La Môme d’Olivier Dahan, le biopic consacré à Edith Piaf. Elle sera en juin prochain à Madrid pour jouer Jeanne d’Arc au bûcher, l’oratorio d’Arthur Honegger. Clara Schumann a également connu de grands succès sur scène. La pianiste est pourtant toujours restée humble : « qu’est-ce qu’un artiste ? Pas beaucoup plus qu’un mendiant ! Et cependant quel miracle d’avoir un beau don. Il n’y a pas de plus douce impression que d’apporter à quelques uns un peu de ce bonheur que la musique sait donner ». Une humilité que Clara Schumann partage avec Marion Cotillard, qui bien qu’oscarisée n’hésite pas à battre le pavé avec les militants engagés pour la planète.

A lire aussi

 

 

Wolfgang Amadeus Mozart joué par Alex Lutz, les trublions de leur art

Hadi Karimi/wikicommons – Alex Lutz : Crédits Vianney Le Caer/AP/SIPA

 

Mozart a déjà été incarné de nombreuses fois au cinéma, notamment par Tom Hulce dans Amadeus de Milos Forman, Alex Lutz va faire quant à lui ses premiers pas dans le monde du classique. Il incarnera un chanteur lyrique dans le nouveau film d’Etienne Comar « À l’ombre des filles ». L’acteur a l’habitude de se grimer pour jouer certains rôles et pratique le transformisme à merveille. On se souvient de son émission comique Catherine et Liliane sur Canal +, où l’acteur interprétait un personnage féminin. Mozart était également connu pour ses espiègleries burlesques. On pense notamment à ses compositions récréatives comme sa pièce « une blague musicale » qui réunissait volontairement l’ensemble des erreurs que pourrait commettre un mauvais compositeur. Ainsi les deux artistes partagent le goût de l’humour, et les capacités d’interprétation d’Alex Lutz serviront parfaitement la personnalité explosive du compositeur autrichien.

 

Nicolas Cage et Johannes Brahms, nés dans une famille d’artistes

Nicolas Cage : Crédits Leon Schadeberg Rex F/REX/SIPA

 

Neveu du réalisateur américain Francis Ford Coppola, Nicolas Cage est issu d’une famille d’artistes, de musiciens et de compositeurs. Son grand-père, Carmine Coppola, a participé à la création des musiques de la trilogie Le Parrain. Comme Johannes Brahms il a été dès son plus jeune âge baigné dans un univers artistique. En effet, le père du compositeur était musicien dans l’orchestre municipal d’Hambourg en Allemagne, et l’a vite confié à Eduard Marxen un professeur réputé des bords de l’Elbe. Véritable idole des années 90, Nicolas Cage semble donc être le candidat idéal pour incarner la beauté et le magnétisme du compositeur.

 

A lire aussi

 

Ticky Holgado dans le rôle de Claude Debussy, deux artistes à la marge

Wikimedia commons – Ticky Holgado : Crédits Marion Jean-Marie/SIPA

 

Malheureusement disparu en 2004 Ticky Holgado, de son vrai nom Joseph Holgado, a commencé sa carrière en tant que musicien. Il jouait de la guitare et a principalement participé à des compositions rock. Il a ensuite été l’assistant personnel de Claude François et de Johnny Hallyday. Il a finalement connu le succès en tant qu’acteur, notamment dans le film Delicatessen de Jean-Pierre Jeunet. Une trajectoire originale qu’il partage avec Debussy. Réticent aux règles académiques, le compositeur français avait également le goût de l’indiscipline, comme en témoigne son passage avorté à la Villa Médicis de Rome, durant sa jeunesse. Deux électrons libres, deux artistes atypiques et aimés de tous qui semblent alors pouvoir se réunir à l’écran.

 

Franz Liszt interprété par Jean-Pierre Léaud, deux enfants prodiges  

Franz Hanfstaengl/wikimedia commons

 

Dans leur jeunesse ou dans un âge avancé, la ressemblance entre le compositeur hongrois et l’acteur français est frappante. Liszt et Léaud se sont produits en public dès leur plus jeune âge. Le compositeur a écrit son premier opéra à l’âge de 13 ans et l’acteur a joué dans Les Quatre Cents Coups lorsqu’il en avait 14. Entre l’invention du récital moderne pour Liszt et la personnification de la Nouvelle Vague, pour Léaud, ils ont tous deux été précurseurs d’une forme nouvelle de leur art. On pourrait ainsi imaginer l’incarnation parfaite de Liszt par le protégé de François Truffaut.

Vous avez aimé notre casting idéal ? Découvrez les 5 films à voir quand on adore la musique classique !

Jeremy Merzisen

 

Retrouvez l’actualité du Classique