DEBUSSY Claude – LA BIOGRAPHIE

(1862-1918) 20ème siècle

Français par son raffinement, l’art de Debussy est aussi voluptueux que le philtre wagnérien sans que rien « ne pèse ni ne pose » (Verlaine) et possède un mystère qui « fixe des vertiges » (Rimbaud). Aucune musique ne semble aussi libre, affranchie des règles de l’harmonie académique et proche des phénomènes de la nature.

 

Debussy en 10 dates

1862 : Naissance le 22 août à Saint-Germain-en-Laye

1872 : Entrée au Conservatoire de Paris

1884 : Grand Prix de Rome

1894 : Première audition de Prélude à l’après-midi d’un faune

1902 : Première de Pelléas et Mélisande à l’Opéra-Comique

1908 : Première de La Mer aux Concerts Colonne

1910 : Création de quatre Préludes (1er Livre) par Debussy

1913 : Création de trois Préludes (2e Livre) par Riccardo Viñes

1917 : Création de la Sonate pour violon et piano à la salle Gaveau

1918 : Mort le 25 mars.

 

On a souvent qualifié la musique de Debussy d’impressionniste. Le compositeur réfutait ce qualificatif trop restrictif et rattaché à un mouvement pictural. Son art est tout autant lyrique, symboliste, pointilliste, expressionniste… il échappe aux écoles et à l’analyse

 

Achille-Claude Debussy (il signera plus tard « Claude Achille de France) naît le 22 août 1862 au 38, rue au Pain à Saint-Germain-en-Laye (où se trouve un musée qui organise des concerts). Il est l’aîné de quatre enfants dans une famille où l’on est marchand de faïence. Quand la guerre de 1870 éclate, il est à Cannes avec sa mère et découvre la musique grâce à un ami de sa tante qui joue du violon. Resté à Paris, son père participe à la Commune de Paris et se retrouve jeté au cachot par la police de Thiers. Il partage sa cellule avec un chef d’orchestre autodidacte et lui parle de son fils.

De retour à la capitale, la famille s’installe rue Pigalle. L’enfant est confié à la mère du chef incarcéré, Madame Mauté qu’on dit élève de Chopin et dont la fille a épousé Verlaine. « Ma vieille maîtresse de piano, petite femme grosse, qui m’a précipité dans le Bach qu’elle jouait en y mettant de la vie. »

 

A lire aussi

 

Une recommandation du compositeur Félicien David permet à Claude Debussy de passer le concours d’entrée au Conservatoire de Paris. Il y est reçu à l’âge de 10 ans

L’enfant entre dans la classe de Marmontel qui lui trouve « un tempérament d’artiste » et lui prédit un « avenir de musicien ». Le tempérament étrange de Debussy ne passe pas inaperçu, mais il est sans rival lorsqu’il joue Chopin avec un son pur et moelleux. Toutefois, il a tendance à rater ses auditions et à passer pour quelqu’un qui ne travaille pas assez. Il fait enrager son professeur d’harmonie : « stupides leçons qui nous poussent à tous harmoniser de la même manière ». Émile Durand juge ses travaux « pas très orthodoxes mais très ingénieux ». Plus tard, répondant au Questionnaire de Proust, à la question « Pour quelles fautes avez-vous le plus d’indulgence ? » Debussy répondra avec ironie : « Pour les fautes d’harmonie ». Il sort du Conservatoire sans Premier prix.

 

Une dame russe cherche un professeur de musique pour ses enfants. Debussy obtient la place et voyage en Suisse, à Arcachon, en Russie et en Italie. La « dame » n’est autre que Nadejda von Meck, la richissime mécène de Tchaïkovski

À la fin de ses études plutôt décevantes au Conservatoire, Claude Debussy fréquente une femme mariée, Marie Vasnier, à qui il dédie ses premières mélodies. En 1884, il obtient le Prix de Rome avec sa cantate L’enfant prodigue et part pour la Villa Médicis. Il s’y ennuie ferme, loin de sa maîtresse, mais découvre la musique de Palestrina et rencontre Liszt et Verdi.

De retour à Paris, au bout de deux ans, il fréquente les « mardis » de Mallarmé et traîne au Chat Noir où il fait la connaissance de Satie. En 1888, il se rend pour la première fois à Bayreuth. La musique de Wagner l’impressionne fortement. Il rejettera plus tard cet engouement en qualifiant Tristan et Isolde de « magnifique crépuscule qu’on a pris pour une aurore ».

 

En 1889, Debussy se rend à l’Exposition universelle et découvre le gamelan javanais qui va influencer son esthétique. Un nouveau monde de couleurs, de gammes et de rythmes est en train de naître en lui

Le compositeur s’installe avec sa maîtresse Gabrielle Dupont dite « Gaby aux yeux verts » dans le quartier Saint-Lazare et vit chichement. Il compose sa Suite bergamasque pour le piano, son Quatuor (créé par le Quatuor Ysaÿe), mais ne trouve véritablement son style qu’à partir du Prélude à l’après-midi d’un faune (1894) qui est bissé à la Société nationale de musique et le rend célèbre dans toute l’Europe. Cette page, dont le titre est emprunté à Mallarmé, crée un envoûtement chez l’auditeur grâce à son chatoiement de timbres, sa mélodie voluptueuse, et son harmonie originale. On peut dire que Debussy vient d’inventer la musique moderne. L’aurore, c’est bien lui.

 

Dans un portrait, Colette écrit : « La musique semblait intoxiquer Debussy. Il me semble qu’il l’aimait comme la tulipe de cristal aime le choc qui tire d’elle un son pur. »

En 1894, Debussy commence à écrire son opéra Pelléas et Mélisande d’après la pièce de Maeterlinck. Ce dernier se fait prier pour donner son accord avant d’imposer sa maîtresse Georgette Leblanc (la sœur de l’auteur d’Arsène Lupin) dans le rôle principal. Debussy promet et confie le rôle à l’Écossaise Mary Garden. Le jour de la première à l’Opéra-Comique, le 30 avril 1902, les ennemis de Debussy et les amis de Maeterlinck se mettent d’accord pour créer un scandale retentissant. La prosodie particulière et la nouveauté du traitement poétique de l’œuvre déroute le public. Mais cet opéra de génie gagne rapidement Londres et New York.

 

A lire également

 

Loin de la mer, en Bourgogne, Debussy travaille à son grand-chef d’œuvre La Mer. Créée aux Concerts Colonne en 1908, cette symphonie demeure pour Sergiu Celibidache « la Bible de la musique française »

Après la création de Nocturnes, Debussy quitte sa maîtresse pour épouser Rosalie Texier, « Lily », une jolie couturière, avant de tomber amoureux de la femme d’un riche banquier, Emma Berdac, qui fut autrefois la maîtresse de Gabriel Fauré. Il s’enfuit avec elle à Jersey où il compose Masques, imprégnés du tragique de l’existence, et L’île joyeuse dans une euphorie érotique. Lily tente de se suicider d’un coup de revolver dans la poitrine. Les amis du compositeur se détournent de lui et le jugent sévèrement. Finalement, Claude et Emma se marient en 1908. Une fille naît de cette union : Claude-Emma, dite « Chouchou », pour qui son tendre papa écrit ses Children’s Corner.

 

 

Debussy a des goûts (et surtout des dégoûts) bien arrêtés. Il n’aime pas Berlioz et se méfie de Ravel. Il raille Beethoven, Wagner, Brahms et Strauss. Mais il adore Rameau et Moussorgski. Ses articles savoureux sont réunis sous le titre de Monsieur Croche

Après Estampes (1904) et Images (1906-1908), Debussy se lance dans ses deux livres de Préludes pour le piano entre 1909 et 1912. La maladie – on lui diagnostique un cancer du rectum – entrave la composition d’Images pour orchestre, créée en 1910 sous les huées et de Jeux pour les Ballets russes, reçue fraîchement.

 

Il accepte une tournée en Russie malgré la douleur qui lui impose des souffrances atroces. En hommage à Chopin, il compose des Études fascinantes de modernité. Ayant le projet d’écrire six sonates de musique de chambre, il ne réussit qu’à en terminer trois : Sonate pour violoncelle et piano, Sonate pour flûte, alto et harpe, Sonate pour violon et piano. Trois diamants. Il pousse son dernier soupir, le 25 mars 1918, chez lui, au 240 square du Bois-de-Boulogne. L’année suivante, Chouchou meurt de diphtérie. Elle repose avec ses parents au cimetière de Passy.

 

 

Olivier Bellamy