Chorégraphie ratée, trilles trop longues, fausses notes : Ces oeuvres de Mozart et Chopin vont vous étonner !

istock

Mozart, Chopin et Jerome Robbins partagent le point commun d’avoir mis en scène l’erreur dans leurs pièces. Intentionnellement, les trois artistes ont créé des œuvres autour de bévues, avec beaucoup de justesse et d’humour, transformant l’erreur en coup de génie !

Jerome Robbins est le chorégraphe de West Side Story

« Quand le ballet tourne mal » est une pièce créée et chorégraphiée par Jerome Robbins, l’un des plus grands chorégraphes américains du XXe siècle. Il a notamment mené la danse de West Side Story ou de Dybbuk, sur des partitions signées Leonard Bernstein à Broadway et au New York City Ballet. Le ballet en question est une œuvre parodique sur la valse en mi mineur de Chopin, la « Mistake Waltz » (valse de l’erreur) jouant des erreurs possibles des ballerines. Le tout est paradoxalement magnifiquement organisé, entre désynchronisation, mauvais placements, faux pas … tout se passe mal !

A lire aussi

 

La fausse note selon Chopin

Il peut y avoir de la beauté et de la grâce même dans l’erreur en musique classique ! Si le ballet tourne en effet merveilleusement mal c’est grâce à la perfection et l’application des ballerines et l’humour de la mise en scène de Jerome Robbins. Un autre exemple de pièce jouant sur l’erreur, l’étude op.25 no 5 « fausse note » de Chopin, surnom donné à son œuvre dû à l’écriture de quelques dissonances dans l’introduction.

 

 

La blague musicale de Mozart

Autre « raté » mémorable, la pièce « une blague musicale » de Wolfgang Amadeus Mozart, une longue blague de 20 minutes qui comprend toutes les erreurs qu’un compositeur peut faire : des trilles bien trop longues, une fugue qui ne va pas bien loin, des phrasés bizarres, des invitations aux musiciens à faire des fausses notes et un final complètement dissonant. Saluons l’absurde démarche de Mozart de prendre sur son temps de compositeur génial pour écrire la pire pièce possible, mais comme Mozart reste Mozart, l’œuvre est agréablement étrange, pleine d’énergie et d’humour. On souhaiterait presque que nos erreurs sonnent aussi bien qu’une fausse note que Chopin ou qu’une mauvaise pièce de Mozart.

Rémi Monti

Retrouvez l’actualité du Classique