Claude Debussy par l’artiste Hadi Karimi : le trouvez-vous ressemblant ?

Hadi Karimi continue son œuvre consacrée aux grands compositeurs de musique classique. Cette année l’artiste plasticien iranien a déjà réalisé les portraits en 3D de Wolfgang Amadeus Mozart et Piotr Ilitch Tchaïkovski et vient de terminer celui de Claude Debussy, le plus contemporain de ses sujets d’inspiration.

Debussy est le 12compositeur classique dont Hadi Karimi a réalisé le portrait en 3D

Double première pour Hadi Karimi avec la reconstitution en 3D de Claude Debussy. C’est le compositeur le plus « récent » et le 1er Français qu’il réalise. Le 12e d’une longue liste consacrée aux compositeurs classiques qui comprend déjà Frédéric Chopin, Franz Schubert, Franz Liszt, Johannes Brahms, Robert et Clara Schumann, Felix Mendelssohn, Ludwig van Beethoven, Jean-Sébastien Bach, Wolfgang Amadeus Mozart et Piotr Ilitch Tchaïkovski qu’il a débutée en mai 2020.

A lire aussi

 

Contrairement à la plupart des portraits de musiciens qu’il a reconstitués à partir de rares portraits peints, de masques mortuaires ou, pour les plus contemporains, de daguerréotypes (procédé primitif de la photographie), celui de Claude Debussy est certainement le plus fidèle à la réalité car il existe un très grand nombre de photos du compositeur français mort à 55 ans en 1918. Hadi Karimi indique d’ailleurs que c’est de photos datant de 1908 qu’il s’est inspiré.  

 

Pour Hadi Karimi « Debussy a décidé de prendre des risques et d’innover »

Interrogé par le site britannique Classicfm, Hadi Karimi ne cache pas son admiration pour Claude Debussy « Un des pionniers de l’impressionnisme et l’initiateur d’une nouvelle vague de musiciens qui ont poussé la créativité à un niveau supérieur. Les compositions de Debussy se distinguent tellement des compositeurs qui l’ont précédé, que la première fois que vous écoutez ses œuvres, vous savez qu’il y a un nouveau mouvement qui va arriver » et d’ajouter « Chacune de ses notes est méticuleusement choisie et chaque ligne a une histoire à raconter. J’aime écouter Debussy car au lieu de suivre ce qui fonctionnait déjà, il a décidé de prendre des risques et d’innover ».

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique