TOP 5 Franz Schubert (1797-1828)

1. Trio avec piano n° 2 D. 929, 2ème mouvement « Andante con moto »

Composé en 1827 – juste un an avant la mort du compositeur -, il doit sa célébrité (rapide) à son deuxième mouvement, noté « Andante con moto ». Ce thème sublime n’a pas échappé à l’oreille de Stanley Kubrick, qui en fit l’une des musiques principales de son film Barry Lyndon (1975).

2. Symphonie n° 5, 1er mouvement « Allegro »

De Mozart, cette symphonie conserve l’effectif modeste (« sans tambour ni trompette ») et surtout une fraîcheur d’inspiration qui rend son premier thème aussi inoubliable qu’entraînant. Idéal pour apprendre à siffloter…

3. Impromptu pour piano op. 90 n° 3 « Andante »

Ecrit dans la tonalité de sol bémol majeur, il appartient à une première série de quatre Impromptus qui vit le jour en septembre 1827 après un séjour passé à Graz auprès de son ami Jenger. La gamme d’émotion véhiculée par cette pièce de cinq minutes a été rarement égalée.

4. Quatuor n° 14 « La Jeune fille et la mort », 2ème mouvement « Andante con moto »

A l’origine de l’« Andante con moto » de ce Quatorzième Quatuor est le Lied (mélodie en allemand) éponyme composé sur un poème de Matthias Claudius, ici traité en thème et variations d’une grande force d’évocation.

5. Sonate pour piano D. 959, 2ème mouvement « Andantino »

Elle est l’avant-dernière des grandes sonates de Schubert, composée l’année de sa mort. L’« Andantino » en fa dièse mineur déroule un thème d’une mélancolie extrême, interrompu en son centre par un passage tourmenté, cœur émotionnel de toute la sonate. Des cinéastes comme Robert Bresson (Au hasard Balthazar, 1966) ou Ari Folman (Valse avec Bachir, 2008) n’ont pas manqué de solliciter son potentiel expressif.