Coupe du monde 2022 : Emmanuel Macron, un fervent supporteur de l’Equipe de France

J.E.E/SIPA

Le coup d’envoi de la coupe du monde de football au Qatar a été donné hier, dimanche 20 novembre, et le premier match des Bleus aura lieu mardi 22 face à l’Australie. Malgré les polémiques, l’équipe de France peut compter sur un supporter particulier, Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron veut effacer le raté de 2018, quand le bus de l’Equipe de France n’était pas resté assez longtemps sur les Champs-Elysées

Emmanuel Macron s’est forgé une conviction : si l’Equipe de France entame un beau parcours, qu’elle se qualifie pour les 8èmes de finale, puis pour les quarts et ainsi de suite, les polémiques sur le pays organisateur seront effacées et la ferveur prendra à la fois le dessus et toute la place, comme à chaque fois que la France brille dans une grande compétition sportive internationale. Il n’est pas question de ne pas en bénéficier comme Jacques Chirac en 1998 et Emmanuel Macron lui-même en 2018. C’est pour cela qu’il a annoncé qu’il se rendrait sur place si les Bleus arrivent en demi-finale. Dans ce cas de figure, soutenir l’équipe nationale sera plus important aux yeux de nos concitoyens que se tenir à distance d’un pays sulfureux sur le plan des droits de l’Homme. Et puis, le président aimerait effacer le raté d’il y a quatre ans lorsque le car des Bleus avait descendu beaucoup trop vite les Champs-Elysées pour rejoindre le palais présidentiel, entraînant la fureur des fans qui avaient attendu de longues heures pour apercevoir les champions. Pour cela, il faudra bien sûr que les hommes de Didier Dechamps réalisent l’exploit de gagner la Coupe du monde deux fois de suite. Seul le Brésil y est parvenu en 1958 et 1962.

A lire aussi

 

La société française est fracturée, et pourrait se rassembler autour d’une victoire des Bleus

L’enjeu est donc sportif mais aussi éminemment politique, pour deux raisons. D’abord, on ne peut pas dire que la rentrée ait été bonne pour le moral : inflation, guerre en Europe qui fait planer une sorte de sourde menace que chacun ressent, et éco anxiété de plus en plus forte après un été de canicule et d’incendies catastrophiques. Bref, les Français ont bien besoin de se changer les idées. Si les Bleus leur remontent le moral, ni le gouvernement ni le président ne s’en plaindront. La seconde raison est moins conjoncturelle et plus structurelle. Lorsque la France gagne, cela génère un moment de communion. La société française est fracturée, elle s’est d’ailleurs divisée en trois blocs que tout opposent au premier tour de l’élection présidentielle : centre, extrême-droite et extrême-gauche. Les opportunités de rassemblement, comme un beau parcours en Coupe du Monde, ne sont pas si nombreuses. Il s’agit de les saisir lorsqu’elles se présentent.

David Doukhan

 

Retrouvez tous les articles liés à la politique