Isaac Albeniz

(1860-1909) Période moderne

Particulièrement renommé pour ses œuvres pianistiques inspirées de la musique folklorique espagnole, Isaac Albéniz donne son premier concert à l’âge de quatre ans au Teatro Romea de Madrid. Grand voyageur, il parcoure la côte atlantique américaine pendant deux ans, recueille les conseils de Franz Liszt à Budapest avant de se fixer à Barcelone puis à Paris, où il rencontre Vincent d’Indy et Paul Dukas. Ses talents d’improvisateur alliés à une certaine nonchalance de caractère rendent d’autant plus exceptionnelles les œuvres qu’il eut la patience de coucher sur le papier, au premier rang desquelles la suite Iberia. Il s’en dégage un charme mélodique unique, rehaussé par la somptuosité de l’harmonie, la variété des rythmes et des modes de jeu qui impressionneront jusqu’à Olivier Messiaen. Si Albéniz ne composa pas une note pour la guitare, les guitaristes ont été les premiers à transcrire sa musique pour leur instrument, à commencer par Asturias, cinquième pièce de la Suite espagnole écrite à l’origine pour le piano.