Donald Trump sous chloroquine : « Je n’étais pas au courant », assure Didier Raoult

L’infectiologue Didier Raoult, Directeur général de la Fondation Méditerranée Infection était ce mardi 19 mai l’invité de la matinale de Guillaume Durand sur Radio Classique. Alors que le président américain Donald Trump a révélé prendre de la chloroquine « à titre préventif » depuis plus d’une semaine, Didier Raoult a indiqué l’avoir appris par la presse.

 

Donald Trump prend de la chloroquine a titre préventif, affirmant n’avoir « rien à perdre »

« Je l’ai appris ce matin, je n’étais pas au courant ». Didier Raoult a assuré avoir appris par les médias que Donald Trump prenait de la chloroquine depuis 10 jours « à titre préventif », ironisant : « Je ne suis pas le médecin traitant de Donald Trump ». Il a également précisé n’avoir pas eu d’appel de Washington, alors que des rumeurs disent que le président américain est atteint par le coronavirus, plusieurs cas ayant été détectés à la Maison Blanche.

 

à lire aussi

 

L’infectiologue a aussi poursuivi son offensive contre ceux qui dénoncent l’inefficacité de l’hydroxychloroquine, parlant d’une « hallucination collective des médias » et pointant du doigt le rôle « d’un certain nombre de responsables », dont « le directeur de l’ANSM », Dominique Martin, « qui a fait prendre des décisions totalement déraisonnables », « l’actuel président du Comité de santé public » et « le président de Conseil de l’ordre », Patrick Bouet.

 

à lire aussi

 

Il a, à l’inverse, salué quelques uns de leurs prédécesseurs ; ceux qui ont signé la pétition de l’ex-ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy, dont il est proche.

 

 

Le confinement a « peut-être évité un désastre encore bien pire que celui que l’on va voir maintenant », pense Didier Raoult

« Le confinement ne protège pas vraiment de l’infection. Maintenant, on en a la preuve ». La preuve serait une étude espagnole, menée par le ministère de la Santé et l’Institut de Santé Carlos III sur un échantillon de près de 61.000 personnes et lancée pour mesurer le taux d’anticorps fabriqués contre le Covid-19 par les Espagnols. « L’étude montre que les gens confinés ont été plus malades que les gens qui ont dû aller travailler. Ce n’est pas étonnant, puisque toute la journée avec sa famille, s’il y a en un de malade, il contamine tout le monde. Nous, on voit ça dans les Ehpad », a-t-il souligné.

 

à lire aussi

 

Une étude menée par l’Ecole des hautes études en santé publique montrait, au contraire, que le confinement était efficace et avait permis d’éviter en France la mort de 60.000 personnes. Didier Raoult ne voit, lui, qu’une utilité dans le confinement, celle d’éviter « la panique sociale intrinsèque à ce pays, qui est au bord de la crise de nerf ». « Peut-être que cela a évité un désastre encore bien pire que celui que l’on va voir maintenant », avec la crise économique, a-t-il conjecturé.

 

Pour Didier Raoult, il est « prématuré » de tester, comme le laboratoire Moderna, un vaccin contre le coronavirus

« Les maladies infectieuses, c’est compliqué. Cela dépend du malade, de l’écosystème, de la saison, de la latitude… ». Didier Raoult n’a pas pu expliquer pourquoi le Covid-19 touchait de façon différenciée les personnes atteintes. « On commence à peine à comprendre pourquoi les enfants ne sont pas infectés. On était les seuls à le savoir. Personne n’a fait d’étude dans ce pays pour savoir quel était le degré de portage des enfants. Maintenant on sait pourquoi », a-t-il affirmé, sans en détailler pour autant les raisons.

 

à lire aussi

 

Moderna, une société de bio-tech, aurait déjà testé sur 45 volontaires, de 18 à 45 ans, un vaccin en phase 1 contre le coronavirus. Une initiative « pas raisonnable », prise « dans le feu médiatique », pour Didier Raoult. « Ce que je sais sur cette maladie montre qu’il est prématuré de réfléchir » sur un vaccin. « Il faut avoir un peu plus de savoir », a-t-il affirmé, indiquant, pessimiste, que les vaccins qui voulaient répondre à « des maladies émergentes, depuis 30 ans, n’ont jamais marché ». Il en serait de même à ses yeux pour le Covid-19.

 

« Il y a eu plus de morts en Île-de-France qu’il n’y en a eu à Wuhan », assure Didier Raoult

Le professeur Didier Sicard, ancien président du Comité d’éthique, a indiqué que la Chine devrait fermer les marchés des animaux sauvages ; sources de transmission de virus. Pour Didier Raoult, le problème ne vient pas du caractère sauvage des animaux, mais du nombre d’individus qui évoluent ensemble dans la nature, comme dans les élevages. En France, « on a des épidémies monstrueuses, des épidémies d’infections urinaires qui sont dues aux élevages de poules que nous avons ».

 

à lire aussi

 

« On a des épidémies de staphylocoques dorés dues aux élevages de porcs. A chaque fois que vous avez des communautés animales relativement denses, se développent des épidémies ». Pour l’infectiologue marseillais, le modèle chinois n’est pas à remettre en cause, puisqu’il y « a eu plus de morts en Île-de-France qu’il n’y en a eu à Wuhan », selon les chiffres officiels, régulièrement remis en question par les experts et la presse.

 

Radio Classique

 

Retrouvez les interviews politiques