Violences conjugales : « 5 fois plus de signalements » sur la plateforme du gouvernement, révèle Marlène Schiappa

Marlène Schiappa était l’invitée de la matinale de Guillaume Durand lundi 18 mai. La secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes a indiqué que le nombre de signalements pour violences conjugales avait augmenté de 36%. Mais « il y aurait eu probablement moins de féminicides ». Elle a appelé à ce « que les infirmières soient mieux payées » pour éviter au gouvernement « une forme d’incohérence ». Alors que la présidente du RN a critiqué l’hommage d’Emmanuel Macron au général de Gaulle, elle a estimé que Marine Le Pen « joue sur les peurs, les divisions, les clivages ».

 

Violences conjugales : +36% de signalements auprès des forces de l’ordre, selon Marlène Schiappa 

« Il y aurait eu probablement moins de féminicides qu’à la même période en 2019″. La secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a annoncé avec prudence que si le confinement avait entraîné « 5 fois plus de signalements sur la plateforme « arretonslesviolences.gouv.fr » et +36% de signalements auprès des forces de l’ordre » pour des faits de violences conjugales, le nombre de femmes décédées sous les coups de leur conjoint aurait, lui, diminué. Mais aucun chiffre exact ne peut encore être avancé. Pour pallier ce manque, la secrétaire d’Etat a missionné une magistrate, Elisabeth Moiron-Braud, afin d’obtenir d’ici juillet un état des lieux statistique précis de la situation des violences faites aux femmes dans le pays.

 

à lire aussi

 

Marlène Schiappa a en tous cas mis en avant ses initiatives pour lutter contre cette tendance, dont une hausse due au confinement avait été anticipée par les autorités, qui ont mis en place des « alertes dans les pharmacies, 90 points d’écoute dans les centres commerciaux, 20.000 unités d’hébergements pour les femmes et la création d’un numéro pour les hommes qui se sentent avoir des accès de violences (08.019.019.11)« . 200 hommes auraient d’ailleurs téléphoné depuis et auraient été pris en charge par des psychologues pour éviter de « donner le 1er coup ».

 

 

Autre sujet sensible pour Marlène Schiappa, la revalorisation sociale et financière des infirmières, à « 90% des femmes, d’après l’OMS ». « Il faut que les infirmières soient mieux payées. On ne peut pas être dans une forme d’incohérence en disant qu’elles ont été héroïques tout en les laissant dans des situations de surendettement et de précarité », a-t-elle insisté. 

 

Pour Marine Le Pen, Emmanuel Macron est « l’Anti-de Gaulle absolu »

Ce n’est pas elle, mais son collègue ministre de la Santé, Olivier Véran, qui mènera dans cette perspective les négociations avec les partenaires sociaux le 25 mai, lors d’un « Ségur de la santé » ; « Grenelle » portant le nom de la rue du ministère où se dérouleront les discussions. Emmanuel Macron, interpellé en visite à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière par le personnel de santé vendredi dernier, a promis qu’il serait à cette occasion « au rendez-vous ». Le chef de l’Etat, qui s’est rendu hier dans l’Aisne pour un hommage au général de Gaulle, dans le petit village de Montcornet où une offensive contre les Allemand avait été lancée par l’ancien président français en 1940.

 

à lire aussi

 

Un moment « important », aux yeux de Marlène Schiappa, pour que le président de la République « fédère la nation autour de grandes figures ». Marine Le Pen, interrogée par nos confrères du Grand Jury RTL, avait, elle, vivement critiqué ce déplacement. « Macron aime bien se déguiser et effectuer des commémorations de grands personnages historiques pour faire croire qu’il en partagerait les qualités. Emmanuel Macron est l’anti-de Gaulle absolu ».

 

à lire aussi

 

La secrétaire d’Etat a défendu Emmanuel Macron de toute instrumentalisation. « Il me semble que Madame Le Pen n’aime pas que l’on rappelle les grandes figures historiques de la France et je crois qu’elle est opposée à toute forme d’union, puisqu’elle joue sur les peurs, les divisions, les clivages… Je comprends que cela lui déplaise ».

 

« Je n’ai pas d’informations disant qu’Agnès Buzyn ne serait pas candidate pour un 2e tour », a assuré Marlène Schiappa

Marlène Schiappa s’est aussi fendue d’un éloge d’Edouard Philippe, alors que les rumeurs de remaniement et de changement de Premier ministre se font insistantes. « Le Premier ministre tient la barre du pays avec une constance et un sérieux remarquable. En tant que membre de son équipe, je peux vous assurer qu’il est à pied d’oeuvre jour et nuit pour résoudre les problèmes graves de notre pays », a-t-elle déclaré, assurant que « Premier ministre et président de la République sont fortement alignés et n’ont eu aucune expression hostile l’un envers l’autre« .

 

à lire aussi

 

« Il ne m’appartient pas de choisir le ou la candidat(e) à Paris ». Agnès Buzyn est toujours officiellement en lice pour le 2e tour des élections municipales, malgré des scores décevants au 1er tour et une sortie médiatique offensive contre le gouvernement dans le journal Le Monde. C’est Stanislas Guérini, le secrétaire général de La République ne Marche qui pourrait la remplacer, si elle décidait de se retirer.

 

 

Une décision, que pourrait être prise en fonction de la date du scrutin. « Je n’ai pas d’informations disant qu’Agnès Buzyn ne serait pas candidate pour un 2e tour, mais nous verrons si ce 2e tour a lieu au mois de juin, au mois de septembre ou à une autre date ».

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques