L’Institut Pasteur « réfléchit à un centre de préparation aux pandémies », explique son directeur Christophe D’Enfert

istock

Christophe Denfert, le directeur scientifique de l’Institut Pasteur était l’invité de la matinale de Radio Classique, ce mardi 27 décembre. Il est revenu sur la déception causée par l’abandon du projet de vaccin contre le Covid, et sur les nouveaux projets en cours.

L’Institut Pasteur veut recruter de nouveaux chercheurs dans le domaine de l’immunothérapie

En pleine crise du Covid en 2020, l’Institut Pasteur avait annoncé – à la surprise générale – l’abandon de son projet de vaccin contre le Covid. « Cela a aussi été un choc pour les équipes, et une déception », a reconnu Christophe D’Enfert, assurant que tous croyaient à ce candidat vaccin. Il tient néanmoins à souligner que l’Institut Pasteur a été la seule institution académique française à avoir porté en 6 mois, avec des partenaires industriels, un candidat vaccin en étude clinique. Il a certes été jugé moins efficace que d’autres candidats vaccins, mais l’organisme n’a pas pour autant limité ses efforts, pointe-t-il.

A lire aussi

 

L’invité de Renaud Blanc a égrainé les succès de l’établissement auquel il appartient : « l’Institut Pasteur, ça a été aussi le séquençage du Sars-cov-2 en France, le développement de méthodes de diagnostic et de sérologie pour suivre l’épidémie, les modélisations utilisées par le gouvernement pour gérer cette crise ». Il a également mentionné le travail d’identification d’anticorps monoclonaux qui pourraient servir dans le traitement du Covid. Christophe D’Enfert a ensuite évoqué les nombreux projets de l’Institut Pasteur, notamment dans le domaine de l’immunothérapie avec « la volonté de recruter de nouveaux chercheurs ». Citant Louis Pasteur, « la chance sourit aux esprits bien préparés », il a annoncé que l’Institut était en train de réfléchir à la création « d’un centre de préparation aux pandémies », mais aussi à des collaborations au niveau européen et international, avec pour objectif d’avoir « des atouts pour mieux réagir aux futures pandémies ».

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez toute l’actualité Société