Renaud Capuçon

Digne héritier de la grande école franco-belge de violon, celle de Christian Ferras, dont il admire tant les enregistrements, Renaud Capuçon est né à Chambéry le 27 janvier 1976. Il a étudié auprès de Veda Reynolds (à qui il rend volontiers hommage) puis de Gérard Poulet au Conservatoire de Paris, où il est admis dès l’âge de quatorze ans et obtient un Premier prix de musique de chambre avant même son Premier prix de violon (avec mention spéciale du jury, 1993). Deux ans plus tard, il reçoit le Prix de l’Académie des arts de Berlin et se perfectionne avec Thomas Brandis, l’un des Konzertmeister de Karajan au Philharmonique de Berlin (1962-1983), et Isaac Stern. En 2001, il reprendra le Concerto « L’Arbre des songes » de Dutilleux créé par Stern, dont il s’est récemment vu confié le Guarneri del Gesù « Panette » de 1737 grâce à la Banque Suisse Italienne.

Au lieu de se disperser en multiples concours, le jeune Renaud préfère enrichir son expérience en intégrant un orchestre. A seize ans, il joue déjà au sein de l’Orchestre de la Communauté Européenne et ressent l’un des grands chocs de sa vie quand le légendaire Carlo Maria Giulini vient diriger la 9e Symphonie de Beethoven. De 1998 à 2000, il est le premier violon de l’Orchestre des Jeunes Gustav Mahler, dont le chef permanent est Claudio Abbado (qui le rappellera à l’Orchestre du Festival de Lucerne). Il en tire de précieux enseignements, comme des chefs invités, Pierre Boulez, Seiji Ozawa, Daniel Barenboim et Franz Welser-Möst. L’an 2000 voit Renaud Capuçon consacré Rising Star et une première fois aux Victoires de la Musique en tant que « Nouveau Talent » (« Soliste Instrumental de l’année » en 2005). Désormais soliste, il continue de jouer avec les meilleurs orchestres, notamment le Philharmonique de Berlin dirigé par Bernard Haitink fin 2002 pour le magnifique Concerto de Korngold, qu’il grave en 2009 avec le jeune et brillant Québécois Yannick Nézet-Séguin. Egalement passionné de musique de chambre, il a fondé à cet égard un festival dans sa ville natale dès 1995 ! Il a joué avec les plus grands, tels Stephen Kovacevich, Nicholas Angelich, Frank Braley, Maria-João Pires ou Martha Argerich, cette dernière l’invitant régulièrement à son Festival de Lugano, en compagnie de son frère, le violoncelliste Gautier Capuçon. Côté famille, il a fondé la sienne en épousant la journaliste Laurence Ferrari.

Francis Drésel, directeur de la programmation musicale de Radio Classique