Les faux adieux de Zubin Mehta

Alors qu’il a annoncé à l’automne qu’il abandonnait la direction musicale de l’orchestre philharmonique d’Israël (IPO) pour raisons de santé, Zubin Mehta enchaîne les directions d’orchestre aux États-Unis, en Allemagne, en Italie et en Espagne.

 

L’orchestre Philharmonique de Berlin dirigé plus de 170 fois par Zubin Mehta

L’Allemagne et Zubin Mehta, c’est une longue histoire d’amour pour le chef d’orchestre indien de 83 ans qui a notamment dirigé plus de 170 fois l’orchestre Philharmonique de Berlin et qui va travailler dans la capitale allemande tout le 1er trimestre, après avoir donné 3 concerts à Los Angeles en tout début d’année. Alors qu’on pensait qu’il allait prendre du recul après l’annonce de son retrait de la direction musicale de l’orchestre philharmonique d’Israël (IPO) pour raison de santé et une longue tournée d’adieux qui s’est achevée à la Philharmonie de Paris les 9 et 10 septembre, on le retrouve dès ce début d’année à la tête des plus grandes formations allemandes.

 

A lire aussi

 

Zubin Metha dirigera Falstaff à Berlin en remplacement de Daniel Barenboïm

Ce fut le cas le 15 janvier lorsqu’il dirigea l’orchestre symphonique de la radio bavaroise (BRSO) à Munich pour le concert (Symphonie nᵒ2 en ut mineur «Résurrection» de Gustav Mahler) en hommage à son ami Mariss Jansons, décédé le 30 novembre. On retrouvera Zubin Metha à la baguette du Staatsoper Unter den Linden de Berlin (qui fête  ses 450 ans) dès le week-end prochain, en remplacement de Daniel Barenboïm, le directeur musical de l’orchestre qui a dû déclaré forfait en raison d’un emploi du temps surchargé (Barenboïm sera de retour à Berlin le 7 mars pour diriger Carmen). Du 26 janvier au 14 février, Zubin Metha y dirigera 5 représentations du Falstaff de Giuseppe Verdi avec Lucio Gallo et Alfredo Daza, tonitruant duo de barytons. Pas le temps de souffler pour Zubin Mehta qu’on retrouvera, toujours à la tête du Staatsoper Unter den Linden, jusqu’à la fin du mois de février pour 7 représentations de Der Rosenkavalier, l’opéra de Richard Strauss avec, notamment, la soprano finlandaise Camilla Nylund et le basse autrichien Günther Groissböck.

 


 

Et ce n’est pas au printemps que le grand chef d’orchestre indien compte se reposer puisqu’il est annoncé dès le 28 mars à Florence, pour diriger la 7symphonie d’Anton Bruckner, puis à Cologne Barcelone et Madrid en avril avant de revenir à Florence au mois de mai.

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique