Le pianiste et chef d’orchestre Vladimir Ashkenazy prend sa retraite à 82 ans

Le grand pianiste et chef d’orchestre Vladimir Ashkenazy a décidé de se retirer de la scène internationale après plus de 60 ans de carrière.

 

Vladimir Ashkenazy prend sa retraite « avec effet immédiat »

« Vladimir Ashkenazy, chef d’orchestre, pianiste, musicien, artiste et humaniste a décidé que le moment était venu pour lui de se retirer des représentations publiques et de le faire avec effet immédiat. Pour ses innombrables admirateurs de la planète (…) qui l’ont suivi, que ce soit dans les performances d’un vaste répertoire de grands une musique s’étendant de Bach à Chostakovitch, ou à travers son prodigieux catalogue d’enregistrements qui ont fait en sorte que sa musique puisse toujours être entendue partout, sans frontières ni barrières, ce sera un jour sombre ».

 

A lire aussi

 

C’est par ces mots, dans un communiqué, que son agence artistique Harrison-Parrott a annoncé la retraite d’un des plus grand musiciens de la fin du XXe siècle. 82 ans, un âge de retraite plus que respectable, pour un musicien qui a commencé sa carrière à la fin des années 50. En mai dernier, Vladimir Ashkenazy avait déjà dû renoncer à diriger des concerts, notamment au Japon, en raison de douleurs au bras et à la main droite. Si l’on se réfère à ce communiqué (« avec effet immédiat »), il renonce donc à tous les concerts programmés en 2020. Ce sera le cas en mai et juin en Australie où il était programmé à Sydney et Melbourne.

 

La très longue et belle carrière de Vladimir Ashkenazy

Fils d’un grand pianiste et compositeur, Vladimir Ashkenazy, né à Gorki en Union Soviétique en 1937, entame des études de musique dès l’âge de 6 ans et remporte plusieurs grand concours de piano avant de s’exiler à Londres puis en Islande, pays d’origine de son épouse. À partir de 1978, il s’installe près de Lucerne en Suisse – Il a d’ailleurs obtenu les nationalités suisse et islandaise. Après une superbe carrière de pianiste virtuose (Il a enregistré les 24 préludes et fugues de Chostakovitch, l’œuvre complète de Chopin pour piano, la totalité des pièces pour piano de Rachmaninov ainsi que tous ses concertos), Vladimir Ashkenazy, tout en continuant le piano, se tourne vers la direction d’orchestre, ce qui l’amènera à diriger régulièrement l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, avant de devenir directeur musical du Royal Philharmonic Orchestra (1987-1994). Pendant 10 ans, il fut chef permanent à la tête du Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin puis chef principal de l’Orchestre philharmonique et enfin directeur musical de l’Orchestre symphonique de Sydney de 2009 à 2013, après avoir assuré la direction musicale de l’Orchestre symphonique de la NHK. La formation japonaise qui a salué Vladimir Ashkenazy dont “ les performances à la tête du NHK Symphony Orchestra  laisseront une trace inoubliable”. En France, les spectateurs du Festival de Pâques d’Aix en Provence ont encore en mémoire le concert qu’il avait donné en 2015 à la tête de l’Orchestre des jeunes de l’Union européenne qu’il dirigeait depuis 2000.

 

Philippe Gault 

 

Retrouvez l’actualité du Classique