Tout le piano de Rachamaninov par Vladimir Ashkenazy

Il aura fallu un demi-siècle pour graver la première véritable intégrale de la musique avec piano (car les concertos sont inclus) de Rachmaninov.

Le premier jalon de cette aventure, alors inimaginable, débute avec trois Études-Tableaux captées en 1963, l’année où Vladimir Ashkenazy quitte l’URSS. S’en suit un parcours prodigieux en tant que pianiste et chef d’orchestre – l’un se mettant au service de l’autre – qui s’achève, il y a deux ans. Comme toute intégrale, elle révèle la diversité du génie de Serge Rachmaninov avec de nombreuses pièces peu con­nues, voire des raretés comme toute une série de partitions de jeunesse récemment redécouvertes. Autant de pépites qui mettent en lumière l’évolution de l’écriture du compositeur dont les fondements harmoniques demeurent Chopin et Tchaïkovski. À ces raretés s’ajoutent des premières éditions en CD comme la Rhapsodie russe pour deux pianos aux côtés d’André Previn, les neuf Études-Tableaux op. 39, un cycle enregistré entre 1972 et 1973.
Le premier constat à l’écoute de cette somme est lié à la prise de son. Dès les années 1950, Decca est à la pointe de la technologie. Les couleurs du piano sont magnifiquement enveloppantes et profondes, l’interprète projetant le son avec panache. Ici, l’instrument sonne comme il le faudrait pour des ballades et sonates de Chopin. C’est le grand et dernier piano romantique. Que l’on écoute les con­certos – voici l’une des plus grandes références avec Haitink, supérieure à l’intégrale antérieure d’Ashkenazy et Previn – ou bien un prélude de jeunesse, le spectacle sonore est au rendez-vous, où ne manquent ni la générosité des couleurs, ni le sens de la construction de la phrase, ni la qualité d’une narration épique (Préludes, Études-Tableaux, Sonates) ni, avant toute chose, l’art du chant. Les amoureux du piano de Rachmaninov détiennent désormais leur intégrale de référence.
Serge Rachmaninov (1873-1943
Intégrale de l’œuvre avec piano
Alastair Mackie (trompette), André Previn, Vovka Ashkenazy, Vladimir Ashkenazy (pianos), Orchestre royal du Concert­gebouw d’Amsterdam, Orchestre Philharmonia, dir. Bernard Haitink
Decca 11 CD 4786348 (Universal).1963 à 2012. 13 h 29′
Nouveautés 1re/Réédition