Coronavirus : Le Royal Albert Hall de Londres, menacé de faillite, lance une campagne de dons

WIKIPEDIA COMMONS

Le Royal Albert Hall, où va se dérouler samedi, comme chaque année, la soirée de clôture des Proms, est en proie à de très graves difficultés financières accumulées depuis sa fermeture le 17 mars en raison de la crise sanitaire. Les dirigeants de la célèbre salle de spectacle londonienne ont annoncé le lancement d’une campagne de dons et espèrent récolter les 20 millions de livres sterling qui assureront sa survie.

 

Wagner et Dvorak ont donné des concerts au Royal Albert Hall

Le Royal Albert Hall (RAH), qui doit fêter en mars prochain les 150 ans de sa création, est une des plus célèbres salles de spectacle du monde. On a pu voir sur la scène londonienne d’immenses stars internationales de la musique, de Franck Sinatra à Lady Gaga pour la variété, des Beatles à Muse pour le rock mais aussi les plus grands noms du classique de Richard Wagner (en 1877) à Anna Netrebko, en passant notamment par Anton Dvorak, Hélène Grimaud, Jonas Kaufmann ou Erwin Schrott et, surtout, c’est dans la mythique salle située dans le quartier de South Kensington que se déroule chaque année (depuis 1895), en septembre, la soirée de clôture des Proms (The last night).

A lire aussi

 

Depuis plusieurs années l’activité du RAH s’avérait plutôt rentable avec un bénéfice annuel d’environ 6 millions £ mais les six mois de fermeture de la salle, depuis le 17 mars dernier, en raison de la pandémie de coronavirus, ont totalement bouleversé son équilibre budgétaire. Selon ses dirigeants, le RAH a perdu 96% de ses revenus du jour au lendemain provocant une perte estimée à 18 millions £ et a dû rembourser les billets réservés par des spectateurs pour plus de 6,5 millions £.

 

Le Royal Albert Hall ne peut pas bénéficier des subventions gouvernementales

Confronté à cette situation économique, les dirigeants du Royal Albert Hall ont donc décidé de lancer un appel aux dons pour tenter de recueillir les 20 millions de livres sterling qui pourraient assurer la survie de l’institution. Le RAH ne peut pas, en effet, bénéficier de subventions dans le cadre du fonds d’urgence (1,57 milliards £) pour les arts et le patrimoine mis en place par le gouvernement britannique. Seul un prêt garanti par les autorités nationales pourra lui être accordé mais pas de quoi couvrir les lourdes pertes qui vont continuer de s’accumuler. D’autant que les autorités britanniques viennent d’annoncer un durcissement des dispositifs de restriction sanitaire (pas de rassemblement de plus de 6 personnes).

A lire aussi

 

Un contexte inquiétant et un avenir angoissant pour Craig Hassall, le PDG de l’institution, qui a déclaré : « Nous avons exprimé des inquiétudes il y a des mois sur le danger potentiel pour des organisations indépendantes et non financées telles que le Royal Albert Hall de manquer de soutien du gouvernement. Le RAH fait désormais face à un avenir sombre, à moins qu’il puisse obtenir non seulement un prêt gouvernemental remboursable, mais aussi, de toute urgence, des dons pour combler le déficit actuel de 20 millions £ ».

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique