Grande-Bretagne : Deux hymnes patriotiques controversés seront chantés lors des Proms

La BBC a annoncé que deux hymnes patriotiques associés au colonialisme seraient bien chantés lors de la dernière soirée de sa célèbre série annuelle de concerts, les Proms, contrairement à ce qu’elle avait envisagé. Boris Johnson avait affirmé que le Royaume-Uni devait arrêter avec sa « honte obséquieuse de notre histoire »

 

« Rule Britannia! » et « Land Of Hope And Glory » associés au passé colonialiste britannique et à l’esclavage

Lors de cette dernière soirée, les chants « Rule Britannia! » et « Land Of Hope And Glory », célébrant l’identité britannique, sont traditionnellement entonnés par des milliers de personnes, agitant leurs drapeaux aux couleurs de l’Union Jack dans la grandiose salle circulaire du Royal Albert Hall, à Londres. Selon des informations de presse, le groupe audiovisuel public avait décidé de ne pas diffuser ces morceaux associés au passé colonialiste britannique et à l’esclavage pour éviter de s’attirer des critiques après les manifestations antiracistes liées au mouvement Black Lives Matter et le débat autour des symboles coloniaux au Royaume-Uni.

A lire aussi

 

Sous le feu ces critiques, il avait annoncé la semaine dernière qu’il ne diffuserait qu’une version orchestrale. Cette décision a entraîné une furieuse polémique qui a gagné jusqu’aux hautes sphères du pouvoir, le Premier ministre Boris Johnson prenant part au débat et affirmant que le Royaume-Uni devait arrêter avec sa « honte obséquieuse de notre histoire ».

Pour le ministre de la culture « le bon sens a prévalu »

La BBC a finalement annoncé mercredi qu’un « groupe restreint de chanteurs de la BBC » allait interpréter ces hymnes patriotiques lors de la soirée, le samedi 12 septembre, qui se tiendra cette année en ligne, en raison des restrictions liées à la pandémie de nouveau coronavirus. « Cela signifie que les paroles seront chantées dans la salle de concert et que le public sera libre de les chanter à la maison, comme nous l’avons toujours indiqué », a ajouté le groupe audiovisuel public dans un communiqué.

A lire aussi

 

Le ministre de la Culture Olivier Dowden a salué cette décision dans un tweet, estimant que le « bon sens avait prévalu ». Il avait au préalable fait part à la BBC de sa préoccupation quant à l’éventuelle suppression de ces hymnes, arguant qu’il s’agissant de « moments forts » de la dernière nuit des Proms et que « les nations confiantes et tournées vers l’avenir n’effacent pas leur passé ». L’univers de la musique classique a longtemps été associé à un public majoritairement blanc et masculin, ce qu’illustre particulièrement la dernière nuit des Proms. La BBC a assuré avoir fait des efforts pour que les concerts soient plus représentatifs de la population ces dernières années.

Philippe Gault  (avec AFP)

 

Retrouvez l’actualité du Classique