Verne Edquist, l’accordeur et ami de Glenn Gould est mort à l’âge de 89 ans

Verne Edquist, aveugle de naissance, fut l’un des accordeurs de piano les plus recherchés dans les années 60 à 80. Il travailla avec les plus grands pianistes de l’époque et fut surtout l’accordeur attitré de son illustre compatriote canadien Glenn Gould dont il devint l’ami fidèle. Il est mort fin août à l’âge de 89 ans.

 

Verne Edquist a aussi accordé les pianos d’Arturo Benedetti Michelangeli et Vladimir Horowitz

« C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès récent de Verne Edquist, l’accordeur attitré de Glenn Gould pendant de longues années. Nos condoléances et nos meilleurs vœux à sa famille, ses amis et ses collègues », tel est le sobre message que la Fondation Glenn Gould a publié sur son compte Twitter pour annoncer  la disparition de celui qui fut l’un des plus grands accordeurs de piano dans les années 60 à 80.

A lire aussi

 

Né en 1931 dans la province canadienne du Saskatchewan, Verne Edquist a souffert dès sa naissance d’une grave forme de cécité qui conduisit sa mère à l’inscrire dans un établissement scolaire spécialisé. Il intègre ensuite l’Ontario School for the Blind où l’on découvrit qu’il possèdait l’oreille absolue et une insatiable curiosité pour la musique. C’est dans cet établissement qu’il s’initie aux secrets du piano avant d’être engagé, dès son adolescence, dans une entreprise de réparation d’instruments de Toronto où il devient rapidement technicien de concert. À ce titre il accorde régulièrement les instruments des plus grands pianistes de l’époque, d’Arturo Benedetti Michelangeli à Vladimir Horowitz en passant par Gina Bachauer, Emil Gilels ou Victor Borge entre autres, avant de devenir l’accordeur attitré de son compatriote Glenn Gould.

Glenn Gould était très exigeant pour le réglage de ses pianos

La collaboration entre Glenn Gould et Verne Edquist avait pourtant mal commencé. Sollicité, à la fin des années 50, par le magasin Eaton pour accorder le Steinway CD 174 sur lequel jouait le virtuose canadien chez lui dans son appartement de Toronto, l’accordeur commença par refuser, arguant du fait que Glenn Gould avait la réputation d’être excessivement exigeant et d’un perfectionnisme démesuré pour le réglage de son instrument, jamais satisfait du travail des accordeurs requis. Relancé par Steinway, Verne Edquist finit par accepter cette mission qu’il prit comme un défi. Un challenge relevé et réussi, à tel point qu’il devint l’accordeur attitré du pianiste, son conseiller pour les enregistrements, auprès du producteur de Columbia Andrew Kazdin, et surtout son ami fidèle pendant plus de 20 ans, jusqu’à sa disparition en 1982.

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique