Camions à hydrogène : Nikola, qui s’inspire de Tesla, entre en bourse

Après avoir révolutionné la voiture électrique avec Tesla, les Américains veulent réinventer le poids lourd. Une start-up, Nikola, compte alimenter ses camions avec de l’hydrogène. Ces véhicules devraient circuler sur les routes à partir de 2023.

 

Nikola, déjà valorisée 25 milliards de dollars, soit plus que Fiat-Chrysler ou Peugeot-Citröen

Un groupe américain qui s’appelle Nikola vient de s’introduire en Bourse. C’est une start-up qui n’a pas encore fabriqué ou livré le moindre poids lourd, mais l’entreprise est déjà valorisée plus de 25 milliards de dollars. C’est-à-dire plus que Fiat-Chrysler ou PSA, et presque autant qu’un Ford, qui a quand même vendu plus de deux millions de voitures l’an dernier.

 

A lire aussi

 

Si la Bourse valorise autant cette entreprise, qui doit encore tout prouver, c’est parce qu’elle veut effectivement révolutionner le poids lourd en lançant les premiers camions propres. La société s’inspire de Tesla ; leur nom est d’ailleurs un hommage à l’entreprise d’Elon Musk, puisque Nikola était le prénom de Tesla, l’inventeur du courant alternatif.

 

 

La start-up a conçu un camion qui doit rouler à l’hydrogène. On fera le plein d’hydrogène et ensuite on pourra recharger une batterie électrique tout en roulant et sans émettre le moindre CO2. L’avantage de l’hydrogène, c’est qu’on peut faire le plein en quelques minutes. On n’a pas besoin de recharger pendant des heures une batterie en branchant la voiture.

 

Face à la concurrence féroce du marché, Nikola pourrait ne pas connaître le succès de Tesla

Pour de nombreux experts, la vraie alternative à la voiture à essence, c’est la voiture à hydrogène. L’électrique d’aujourd’hui ne serait en fait qu’une technologie de transition. L’avantage de la voiture à hydrogène par rapport à la voiture électrique est qu’elle a bien plus d’autonomie. On peut rouler plusieurs centaines de kilomètres et surtout on fait le plein plus vite.

 

A lire aussi

 

Mais son grand handicap, c’est qu’il y a encore moins de bornes de recharges, ou de pompes, que pour l’électrique. Il va falloir des années pour créer un réseau de distribution d’hydrogène. C’est pour ça qu’attaquer d’abord le marché des poids lourds, ce n’est pas idiot. D’abord, parce que la réglementation risque d’être assez vite contraignante. Ensuite, parce que les poids lourds, ce sont des flottes qui peuvent être gérées par des entreprises.

 

 

Ce sont des camions qui rentrent au garage souvent et qui peuvent faire le plein. Ceci dit le camion de Nikola ne va pas prendre la route avant 2023 et les rois du poids lourd actuels ne vont pas se laisser faire. Il va y avoir de la concurrence donc je ne sais pas s’ils vont connaître la même réussite que Tesla.

 

David Barroux