Quels sont les commerces qui profitent du déconfinement ?

Les affaires reprennent dans le commerce. Bientôt un mois après le déconfinement, les chiffres que publient Les Echos démontrent une forte envie de consommer chez les Français. Mais tous les secteurs n’en bénéficient pas et toutes les boutiques n’arriveront pas à rattraper deux mois de chiffre d’affaires perdus.

 

Les ventes de textile toujours en berne à -10%, tandis que les achats de jouets bondissent de 42%

Depuis le début de cette crise sanitaire et économique, tout le monde s’interrogeait sur la vigueur de la reprise avec le déconfinement. Est-ce qu’on allait avoir une reprise rapide en forme de V, plus lente en U ou plus accidentée en W ? Ce qui ressort des chiffres que nous publions aujourd’hui dans Les Echos, c’est que globalement les consommateurs sont de retour dans les magasins. Ils préfèrent les boutiques indépendantes ou les zones commerciales, les parcs de commerces à ciel ouvert plutôt que les grands centres commerciaux ou les grands magasins fermés.

 

A lire aussi

 

Mais il y a clairement une envie de consommer. Le retour dans les magasins a même tendance à s’amplifier, semaines après semaines. On s’approche d’un retour à la normale. Alors à qui profite cette reprise ? Tous les secteurs ne sont pas égaux devant elle. Le principal perdant pour l’instant, c’est le textile, dont les ventes sont encore 10% inférieures à la moyenne, à la même période de l’année. Mais il y a plein d’autres segments qui surperforment.

Les ventes de jouets se sont envolées de 42% au cours des trois dernières semaines. On a fait des cadeaux de rattrapage et on a acheté des toboggans pour le jardin. Il parait qu’on est aussi en rupture de stock sur les piscines en kit et qu’on n’a jamais vendu autant de spas… Il faut dire que les Français savent qu’ils vont passer leurs vacances en France et souvent dans leur jardin.

 

A Paris, les commerces souffrent du télétravail et du départ en province de milliers de consommateurs

Le bricolage et le jardinage se portent très bien aussi, tout comme dans une moindre mesure l’équipement de la maison. Les articles de sport ont aussi la cote. Un peu comme en début d’année, les Français semblent pleins de bonnes résolutions. Attention, ce n’est pas parce que cela va mieux, que cela va bien. Il y a plein de distributeurs qui vont avoir beaucoup de mal à encaisser le choc. Il y a tout ceux qui ont des charges fixes élevés ou qui venaient d’investir et qui ne vont jamais rattraper totalement les deux mois de chiffre d’affaires perdus.

 

 

Dans l’électroménager, il y aura sans doute un effet rattrapage mais dans la mode, il y aura une baisse de chiffre d’affaires importante sur l’année. Et puis, il y a le cas particulier de tous les magasins qui vivent en grande partie du tourisme. Tant que les touristes ne seront pas de retour, le chiffre d’affaires ne le sera pas non plus.

 

 

A Paris, les magasins souffrent en plus du phénomène « télétravail ». Si les salariés restent chez eux à la campagne jusqu’en septembre et consomment ailleurs, l’été risque d’être très dur pour les commerçants de la capitale. Et puis à la rentrée, si la crise économique s’est amplifiée et qu’il y a une baisse du pouvoir d’achat, tous les commerçants souffriront.

 

David Barroux