Ecommerce : Amazon va-t-il encore gagner du terrain ?

Amazon, après avoir subi une fermeture administrative ordonnée par la justice, a pu rouvrir l’ensemble de ses entrepôts. L’entreprise a dû tourner au ralenti durant le confinement mais devrait sortir de cette crise grandie. Le e-commerce a progressé durant le confinement et devrait se maintenir à un haut niveau.

 

L’image d’Amazon et ses ventes ont pâti de la fermeture de ses entrepôts, mais pas de façon irrémédiable

Vous vous souvenez que pendant la période du confinement, Amazon avait été contraint de fermer ses entrepôts français parce que la justice estimait que le géant du e-commerce n’en n’avait pas fait assez pour protéger ses salariés sur le plan sanitaire. Depuis, Amazon a fait des efforts et le dialogue social aussi a fini par porter ses fruits. Du coup, le roi de la vente par Internet peut rouvrir tous ses entrepôts avec toutes ses équipes.

 

A lire aussi

 

C’est une bonne nouvelle pour Amazon, pour ses salariés, pour ses clients et aussi pour la France, car même s’il faut défendre les droits des salariés, ce n’est jamais bon pour un pays qui cherche à attirer des investisseurs d’apparaître comme un peu anti-entreprise. Cette crise laissera quelques traces. Déjà, le groupe a été très attaqué. Même si cela ne nuit sans doute que marginalement aux ventes, ce n’est pas très bon pour l’image. Ensuite, Amazon a quand même été obligé de tourner au ralenti.

 

 

L’entreprise a réussi à contourner en partie la fermeture de ses entrepôts en passant par ceux de pays voisins ou en poussant les vendeurs qui utilisent sa plateforme – les indépendants qui se servent de sa place de marché – à livrer directement.

 

Aux Etats-Unis, Amazon contrôle presque 40% de la vente de biens sur internet

Mais la crise aura aussi des aspects positifs et le principal, c’est que plus de 2,5 millions de Français ont goûté pour la première fois au e-commerce. Quand un marché est en croissance, le numéro un du marché est toujours celui qui en profite le plus. En France, le champion de la vente sur Internet reste Amazon. Pour autant, je ne crois pas que le monde d’après sera très différent du monde d’avant.

 

A lire aussi

 

Amazon ne va pas tuer tout le commerce physique. On va continuer d’aller dans les boutiques mais on va utiliser de plus en plus le e-commerce et comme les crises sont souvent des accélérateurs de tendances, le rythme de croissance du e-commerce devrait s’accélérer. Aux Etats-Unis, Amazon contrôle presque 40% de la vente de biens via Internet et le e-commerce est passé de 16% des ventes à 27%.

 

 

Amazon a dû embaucher dans l’urgence 175.000 personnes pour faire face aux commandes. Les choses vont sans doute se calmer mais je suis prêt à prendre le pari qu’aux Etats-Unis comme en France, Amazon va se stabiliser à un niveau plus élevé qu’avant la crise.

 

David Barroux