Beethoven était-il noir ? La rumeur enflamme Internet

Beethoven avait du sang noir, c’est ce que croient savoir de nombreux internautes. Un article daté de 2015 a refait surface sur les réseaux sociaux, devenant à nouveau viral, via le hashtag #BeethovenWasBlack. En plein mouvement antiraciste #BlackLivesMatter, certains appellent à mettre davantage en avant les compositeurs de musique classique noirs.

 

Treemonisha, de l’afro-américain Scott Joplin avait été donné au Théâtre du Châtelet en 2010

« La légende urbaine selon laquelle Beethoven était noir est une opportunité de célébrer les compositeurs noirs oubliés » : cette réaction du cinéaste britannique Niyi Towolawi est à l’image de celle de nombreux internautes. Certains en appellent à promouvoir davantage les œuvres du Chevalier de Saint-George, surnommé le « Mozart noir », né en Guadeloupe en 1745, ou encore Scott Joplin, compositeur américain, dont l’opéra Treemonisha avait été donné au Théâtre du Châtelet en 2010, presque 100 ans après sa création.

 

A lire aussi

 

L’action se déroule dans le sud des Etats-Unis, après la guerre de Sécession, au cœur d’une plantation. Cette rumeur, selon laquelle Beethoven aurait du sang noir, date en réalité des années 30, lorsqu’un journaliste afro-américain a évoqué cette possibilité dans un magazine. Une théorie remise en avant en 2015 dans l’article d’un étudiant américain, paru dans un journal du Minnesota, puis devenu viral sur internet, avant de le redevenir 5 ans plus tard…

 

 

 

Ludwig van Beethoven avait des origines néerlandaises

Mais la confusion règne : le sang supposé « maure » du compositeur allemand serait issu, selon les sources, de la branche maternelle ou paternelle de la famille. Une famille dont les origines sont néerlandaises, alors que les Pays-Bas ont longtemps été occupés par le royaume d’Espagne, jusqu’au 17ème siècle. Certains évoquent la possibilité que la mère de Ludwig van Beethoven, Maria Magdalena Keverich, puisse avoir des racines africaines, étant née dans une zone contrôlée par les Maures. D’autres s’appuient sur des témoignages décrivant Beethoven comme ayant un teint basané, et un nez large un peu plat.

 

A lire aussi

 

Il était surnommé « l’Espagnol » à l’école, dans sa ville natale de Bonn, et plus tard, lorsqu’il avait une vingtaine d’années, il aurait été appelé « le Maure » par le prince hongrois Anton Esterhazy. D’autres encore affirment que le compositeur avait subi des pressions pour mettre de la poudre sur le visage et ainsi apparaître blanc devant la foule.

 

L’idée que Beethoven puisse avoir du sang noir a en tous cas enthousiasmé les internautes, et entraîné la publication de nombreuses vidéos montrant à la fois de l’étonnement et de la joie, via le hashtag #beethovenwasblack . La Lettre à Elise à la sauce hip-hop ? En cette année Beethoven, c’est une célébration de plus !

 

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’actualité du Classique