Gustav Holst

(1874-1934) Epoque moderne

Le britannique Gustav Holst se réclame de Thomas Weelkes et de Henry Purcell, mais il puise également son inspiration dans le chant populaire et la philosophie orientale ; un moyen, sans doute, d’échapper à l’emprise étouffante de Richard Wagner. The Hymn of Jesus, son œuvre chorale la plus importante, donne un aperçu des procédés modernes de rythme et d’harmonie constituant son langage musical. La maestria de Holst dans l’usage du grand orchestre transparaît dans son œuvre maîtresse, Les Planètes (1916), qui ne sera pas sans influence sur les compositeurs de musiques de films, au premier rang desquels John Williams. En 2000, Colin Matthews (né en 1946) ajouta une nouvelle planète (naine) à la suite symphonique en sept mouvements de son aîné, Pluton, dont la découverte remonte à 1930.