Une pianiste disparaît sous la scène en plein concert

En représentation à Rotterdam, la pianiste brésilienne Eliane Rodrigues a souffert d’un dysfonctionnement de son piano à queue, qui a dû être remplacé. Mais l’artiste ne s’est pas laissée démonter et a continué le spectacle, en s’enfonçant jusque dans la cage de scène.

 

Une pédale était coincée, faisant résonner les notes avec écho

En représentation dans la Jurriaanse Zaal du palais des concerts De Doelen de Rotterdam, la pianiste brésilienne de 60 ans Eliane Rodrigues a été la victime d’une déconvenue. Présente pour interpréter plusieurs œuvres de pianistes du 19e siècle, dont celles de Frédéric Chopin et d’Astor Piazzolla, elle a vite remarqué une anomalie sur son piano à queue Steinway & Sons. Les notes graves vibraient intensément lorsqu’elle les sollicitait, transformant la salle en une caisse de résonance.

 

à lire aussi

 

« Il y a quelque chose qui ne va pas avec la pédale », déclare Eliane Rodriges après s’être interrompue et retournée vers le public. Elle tente alors de presser les pédales, de mettre les mains dans le mécanisme mais rien n’y fait. Elle s’échappe en coulisse pour réclamer de l’aide et un changement d’instrument. Un remplacement qui demande de la manutention et du temps.

 

« Rien de tout cela n’était mis en scène ou planifié »

En guise d’interlude, la pianiste assure alors le spectacle en s’amusant du dysfonctionnement du piano, comme pour repousser les limites de l’acoustique de l’endroit. Et alors que des ouvriers s’affairent pour déplacer le piano vers la trappe hydraulique de la scène, Eliane Rodrigues continue de jouer, imperturbable. Encerclée par des filins de sécurité, elle s’enfonce progressivement sous le plancher vers la cage de scène, saluant la foule le sourire aux lèvres.

 

à lire aussi

 

Quelques instants plus tard, réapparaissent l’artiste et son instrument en état de marche, par la même issue et dans la même configuration que lors de leur sortie. L’interprète brésilienne est au clavier et poursuit son jeu, même durant le repositionnement du piano au centre de l’estrade. Filmée, la séquence est pour le moins croustillante. Un message affirme à la fin du montage que « rien de tout cela n’était mis en scène ou planifié ». Eliane Rodrigues n’aurait donc été qu’une interprète de piano, et non de théâtre ce soir-là.

 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez l’actualité du Classique