Restauration : Le Fonds Résilience élargi aux entreprises employant jusqu’à 50 salariés, annonce Valérie Pécresse

Valérie Pécresse présidente de la région Ile-de-France était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique ce jeudi 8 octobre. Au lendemain de l’agression de deux policiers à Herblay par trois individus qui leur ont volé leurs armes, Valérie Pécresse a appelé le gouvernement « à agir » face au trafic d’armes. Elle a aussi annoncé un élargissement du Fonds résilience pour que davantage de restaurateurs puissent en bénéficier.

 

Valérie Pécresse appelle le gouvernement à agir davantage contre le trafic d’armes

« Je veux d’abord dire toutes mes pensées à ces policiers, à leur famille, à leurs proches, et à toutes nos forces de l’ordre en Île-de-France », a déclaré Valérie Pécresse, en préambule de l’interview. La présidente de la Région Ile-de-France a lancé un appel au gouvernement pour qu’il agisse davantage contre les trafics d’armes. « Ce qui me fait peur, c’est la recrudescence des armes à feu dans la région Île-de-France », a-t-elle expliqué, citant « des trafics aux portes de nos villes se nourrissant de bandes organisées, qui sont toutes armées ».

A lire aussi

 

Elle réclame des sanctions exemplaires pour les délinquants, dénonçant l’attitude ambiguë du gouvernement : « on ne peut pas avoir d’un côté un ministre de l’Intérieur qui dit +je vais être dur sur le crime+ et de l’autre une absence de sanction pénale ». Valérie Pécresse souhaite davantage de moyens, et des vraies sanctions, rappelant que des juges de Bobigny avaient publié une tribune dans laquelle ils affirmaient être « devenus les juges de mesures fictives » (Il s’agissait de juges des enfants NDR). Fictives, explique Valérie Pécresse, parce que « pas exécutées, commuées en bracelet électronique, en mesure d’aménagement des peines ».

Valérie Pécresse appelle à mettre hors d’état de nuire le grand banditisme

Au micro de Guillaume Durand, elle a ensuite souligné que la Région Île-de-France avait signé une convention avec le ministère de la Justice pour construire des extensions de prison et sécuriser des établissements pénitentiaires. « Mais est-ce le rôle d’une région ? » a-t-elle lancé, estimant que « c’est plutôt le rôle de l’état d’aller plus vite et plus fort ». Certes, les prisons sont surpeuplées et c’est une situation indigne, a reconnu Valérie Pécresse, ajoutant « mais on ne peut pas utiliser cette indignité pour dire qu’on ne doit pas emprisonner ».

A lire aussi

 

Elle appelle à mettre hors d’état de nuire le grand banditisme avec des armes à feu « comme ce qui semble être le cas à Herblay ». Pour cela, elle appelle la mairie de Paris à armer les policiers municipaux, et souhaite généraliser les polices municipales dans les villes de plus de 10 000 habitants, expliquant que « face aux grands délinquants on ne peut pas avancer à mains nues ».

Le Fonds résilience de la Région IDF donne droit à des aides de 3 000 à 100 000 euros

Autre sujet brûlant en Île-de-France, celui de la crise Covid, et en particulier la fermeture des bars et le renforcement des mesures sanitaires évoqué par Emmanuel Macron. Sur ce point, Valérie Pécresse a insisté sur l’aspect préoccupant de la situation, tout en se disant inquiète pour la situation économique et sociale qui suivra cette crise sanitaire. Elle a ainsi travaillé avec les restaurateurs pour qu’ils présentent un nouveau protocole sanitaire strict au gouvernement.

A lire aussi

 

Citant l’exemple des intermittents de la restauration et de l’évènementiel qui n’ont pas de statut, elle a expliqué pouvoir « faire plusieurs choses » pour ceux qui ne bénéficient pas d’une aide d’état. Valérie Pécresse a mentionné le fonds résilience mis en place par la Région, avec une aide de 3000 à 100 000 euros, pour les indépendants, les auto-entrepreneurs, les petits restaurateurs. Un fonds qui a récemment été élargi pour les entreprises qui emploient jusqu’à 50 salariés.

Béatrice Mouedine

Retrouvez les interviews politiques