Qu’est-ce que l’indice de réparabilité que vient d’adopter la France ?

Depuis des années on a en Europe un indicateur de consommation d’énergie qui est apposé sur tous les appareils électroménagers. C’est un mélange de lettres et de couleurs qui nous disent si le lave-linge consomme beaucoup ou peu d’énergie. Et bien maintenant, on va plus loin avec un indice de réparabilité.

 

Lutter contre l’obsolescence programmée grâce à l’indice de réparabilité

Il s’agit d’un indicateur qui permettra de savoir, quand on achète un appareil électronique, un smartphone, un lave-linge ou un PC, si c’est un appareil qui sera facile à réparer. Pendant combien de temps on va avoir des pièces de rechange, est-ce qu’elles ne seront pas trop chères, et est-ce que la réparation sera facile. Si on veut lutter contre la pollution ou le réchauffement climatique on a plusieurs options.

 

A lire aussi

 

 

On peut limiter arbitrairement les naissances pour réduire la pression démographique. On peut militer pour une société de la décroissance, en obligeant les terriens à consommer moins en augmentant le prix des produits. Ou on peut chercher à innover en faisant la promotion de produits plus durables. Si on jette moins, si on conserve plus longtemps ce que l’on a, si on répare plutôt que de jeter un produit défectueux, on aura collectivement à terme un impact positif ou moins négatif sur la planète.

 

Fnac Darty cherche à se différencier avec son service après-vente

Cette démarche ne va pas produire d’effets immédiatement, mais c’est positif, parce que c’est un signal qui pousse les entreprises à changer. Si le consommateur a le choix entre un produit plus durable ou moins durable, il va sans doute choisir le plus durable à prix relativement équivalent. Du coup, ça peut inciter les entreprises à être plus vertueuses, à lutter contre ce qu’on appelle l’obsolescence programmée. Un Miele dans l’électroménager garantit qu’il fournira des pièces pendant quinze ans et mise sur des produits robustes.

 

A lire aussi

 

Dans le petit équipement Seb fait le même pari et ça génère de la préférence. Fnac Darty cherche à se différencier avec son service après-vente. On suscite une forme de comportement plus vertueux mais il ne faut pas en attendre un miracle. Ca peut marcher pour un four ou un lave-vaisselle qu’on change peu souvent mais ça n’aura pas beaucoup d’impact sur les ventes de smartphones car la technologie évolue tout le temps et personne ne veut d’un portable qui a dix ans. Et puis pour que ça marche, il faut que le coût des réparations baisse et qu’on dispose de techniciens. Et ça, c’est souvent plus compliqué que d’importer du made in China bon marché.

David Barroux