Disparition de Pierre Cardin : découvrez l’homme d’affaires

Le couturier français Pierre Cardin est décédé mardi 29 décembre à 98 ans. Le créateur était aussi un brillant homme d’affaires.

L’ancien de Dior voulait démocratiser les beaux vêtements

Au-delà d’être un grand créateur, Pierre Cardin a eu aussi un côté visionnaire en tant que chef d’entreprises. Il a compris avant d’autres certaines choses qui ont depuis inspiré bien des marques de cette mode française qui rayonne à l’échelle mondiale. A la fin des années 50, il est l’un des premiers créateurs à faire le pari du prêt-à-porter à côté de la haute couture.

A lire aussi

 

L’ancien de Dior veut démocratiser les beaux vêtements en proposant une forme de luxe accessible vendu au Printemps. Il a fait école sur ce point. Il sera aussi l’un des premiers à mettre autant son nom en avant pour faire de Cardin une marque qui s’affiche. Il fera de ses initiales un logo et fera ainsi du business des licences une activité à part entière.

 

Pierre Cardin a inspiré les grandes marques

Les géants de la mode faisaient des parfums mais lui ira beaucoup plus loin dans les années 70-80. Certains diront même trop loin car son empire n’était plus qu’un conglomérat de licences. Il a confié le prêt-à-porter à un industriel mais il va surtout vendre le droit d’utiliser son nom pour faire des accessoires de mode, des chaussures, des briquets mais aussi des claquettes en plastique, des sous-vêtements ou des serviettes de toilette.

A lire aussi

 

Il va conclure plusieurs centaines de licences et il se préoccupera plus de ce qu’elles rapportent que de la cohérence d’ensemble. Les grandes marques de luxe se sont inspirées de Cardin mais elles contrôlent beaucoup plus pour ne pas nuire à leur image, soit en faisant tout par elle-même, soit en surveillant leurs licenciés.

 

Maxims’s : la fortune de Pierre Cardin était surtout dans l’immobilier

L’entreprise Cardin n’est pas cotée. La vision sur les finances du groupe n’est en effet pas claire. Le groupe générait un chiffre d’affaires important mais pas toujours beaucoup de profits et au début des années 2000 de vraies difficultés financières apparurent. Depuis, l’activité s’était sans doute un peu ralentie mais la vraie fortune de Pierre Cardin était ailleurs, finalement plus dans l’immobilier. Il avait acheté des immeubles, des maisons, des châteaux.

A lire aussi

 

Il possédait par ailleurs le restaurant Maxim’s de Paris depuis 1981, ce qui était un vrai business de licences, parfois au détriment de la gastronomie mais la marque et l’adresse de la rue Royale ont sans doute de la valeur. Cardin aura finalement beaucoup défriché mais peut-être pas énormément récolté.

David Barroux