Quelle musique pour améliorer son endurance ?

Améliorer son endurance avec Ravel, Mozart et Beethoven

Beaucoup d’études ont montré, en utilisant la neuro-imagerie cérébrale et des mesures physiologique, que la musique produit un effet de synchronisation biologique chez l’homme, et notamment au niveau cardiaque. « Pour cela, il faut une musique avec un tempo légèrement plus élevé que le rythme cardiaque d’une personne. C’est un phénomène également bien documenté chez l’animal ».

 

A lire aussi

 

Pour maintenir une forme d’endurance, les joggeurs écoutent d’eux-mêmes « des musiques qui vont maintenir un rythme, une pulsation sur laquelle ils vont se caler ». « Ce n’est pas forcément la pulsation cardiaque in fine. Ce peut être la pulsation des pas. Mais elle va permettre de maintenir l’endurance grâce à un effet de motivation et la sécrétion de substances qui vont agir contre la fatigue ». De plus, la musique a tendance à nous distraire et à détourner notre attention de la douleur ; un effet « déjà utilisé en hypnose ».

 

> Le Boléro de Maurice Ravel

Les juteux droits d’auteur du Boléro ont donné lieu à une longue bataille juridique opposant les héritiers testamentaires du frère de Ravel et les petits-neveux du compositeur (mort sans enfant) qui se sentaient lésés. Depuis le 2 mai 2016, l’œuvre est désormais dans le domaine public.

(The Wiener Philharmoniker pour le Lucerne Festival en 2010 sous la direction de Gustavo Dudamel)

 

 

A lire aussi

 

> Le Rondo « Colère pour un sou perdu » de Ludwig van Beethoven

Voilà un rondo bouillonnant, entre furie et humour.

(Interprétation de David Kadouch, nominé comme révélation soliste instrumental aux Victoires de la musique 2010)

 

> La Marche turque (Sonate pour piano nº 11) de Wolfgang Amadeus Mozart

A l’époque de Mozart, on appelle “turque” tout ce qui fait référence à l’Empire Ottoman, bien plus étendu que l’actuelle Turquie. Les coutumes du pays, perçues comme “exotiques” par les Européens, déclenche une fascination qui vire au phénomène de mode. La musique n’y échappe pas, et Mozart s’en inspire également dans une autre de ses œuvres : l’opéra L’Enlèvement au sérail.

Lien vers l’interprétation de Lang Lang, avec le Philharmonique de Vienne sous la direction de Cristoph Eschenbach

 

A lire aussi

 

 

Retrouvez l’actualité du Classique