« Les professeurs de musique sont sous-estimés », selon la violoniste Nicola Benedetti

Nicola Benedetti a tenu à dénoncer la «sous-évaluation flagrante des enseignants» au Royaume-Uni. C’est ce qu’elle a déclaré lors d’une visite dans un cours de musique de la ville de Dundee, au nord-est de l’Ecosse.

 

« Perdre l’excellence ou l’expertise de vrais spécialistes a un impact énorme »

Quand elle ne parcourt pas la planète son archet à la main, Nicola Benedetti, à travers la fondation qui porte son nom, s’investit dans  tout le Royaume-Uni afin de sensibiliser les jeunes à la musique. Après Glasgow et Londres, elle était présente le week-end dernier à Dundee au Caird Hall où étaient réunis plus d’une centaine de jeunes musiciens de tout niveau du Conservatoire Royal d’Ecosse. C’est à l’occasion de cette session que la violoniste (qui vient de recevoir son 1er Grammy Award) a déclaré au site d’information britannique The Courier qu’elle est scandalisée par la «sous-évaluation flagrante des enseignants et en particulier dans la musique» au Royaume-Uni. 

 

A lire aussi

 

Pour Nicola Benedetti,  « Perdre l’excellence, ou l’expertise de vrais spécialistes dans n’importe quel domaine a un impact énorme et ce n’est jamais, jamais une bonne indication. Nous ne semblons pas comprendre que si nous leur apportions beaucoup plus de soutien, d’informations et d’infrastructures, nous serions tous mieux lotis ». Malgré les avancées, dans le domaine de l’éducation musicale, souvent consécutives d’initiatives individuelles ou associatives, le constat que fait la musicienne écossaise est sans appel: « Je ne sais pas ce qui ne va pas dans notre société et pourquoi nous rétrogradons cette profession. Les enseignants ont constamment l’impression de ne pas être suffisamment soutenus ».

 

Les professeurs de musique les plus vulnérables

Un avis partagé par de nombreux musiciens et enseignants comme David Munn, violoncelliste et tuteur qui a dirigé une partie des ateliers du week-end, et qui estime que les enseignants en musique sont une «cible facile» pour les institutions quand il y a des coupes budgétaires. Pour David Baxter, secrétaire de la section locale de l’Educational Institute of Scotland (EIS) qui soutient Nicola Benedetti : « Nous représentons à la fois des professeurs de musique et des répétiteurs et ce sont ces professions qui sont les plus vulnérables« .

 

A lire aussi

 

Nicola Benedetti en a profité pour rendre hommage à son premier professeur de violon, Brenda Smith: «Elle était quelqu’un qui savait comment transmettre cet amour basique de la musique. Elle était exigeante et c’était une enseignante stricte dans une certaine mesure, mais elle était tellement positive et enthousiaste que ce fut pour moi une première expérience extrêmement puissante ». Un message émouvant mais que la violoniste souhaite porteur d’énergie et de volonté. « Nous avons un objectif essentiel qui est de voir une image nationale de l’éducation musicale grandement améliorée par rapport à celle que nous avons actuellement et c’est notre seul objectif ».

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique