Porsche mise sur le made in Malaysia, une première usine hors Europe

Porsche a décidé d’ouvrir sa première usine hors d’Europe, un petit événement sur le plan économique, mais bien plus significatif sur le plan symbolique.

La Malaisie dispose d’un vrai savoir-faire industriel

Porsche est le porte-drapeau du Made in Germany, du premium que le consommateur accepte de payer cher afin de s’offrir la Deutsche Qualität. Voir cette filiale luxe du groupe Volkswagen délocaliser sa production en Asie est une vraie rupture, mais Porsche assemblera au mieux quelques centaines ou milliers de véhicules par an. L’essentiel de la production continuera d’être assuré en Europe.

A lire aussi

 

Si Porsche mise sur le made in Malaysia, c’est pour plusieurs raisons. La première est financière : dans certains pays asiatiques comme la Malaisie ou Singapour, il existe des taxes à l’importation très élevées qui peuvent doubler le prix de vente. Même si seules les personnes fortunées peuvent s’acheter une Porsche, mieux vaut pour l’entreprise contourner les droits de douane et vendre plus en réalisant les mêmes marges. Et comme la Malaisie a des accords de libre-échange avec nombre de pays voisins, Porsche pourrait également améliorer ses ventes en Asie du Sud-Est. Deuxièmement, la Malaisie dispose d’un vrai savoir-faire industriel puisque d’autres voitures sont déjà assemblées sur place. Dernière chose, Porsche a sans doute envie d’apprendre à produire en Asie, car l’essentiel du marché des voitures de luxe sera bientôt là-bas. La Chine représente plus d’un quart des ventes de Porsche, d’où l’intérêt de se rapprocher du consommateur final.

Le Made in China n’est plus synonyme de petits prix

Aujourd’hui produire des coupés en Chine serait sans doute contre-productif pour l’entreprise, car le consommateur chinois souhaite de la qualité allemande et est prêt à payer pour cela. Pourtant, de plus en plus de constructeurs haut de gamme fabriquent en Chine comme BMW ou encore DS.

A lire aussi

 

Le Made in China n’est plus synonyme de petits prix et de mauvaise qualité, car le pays est riche et ses ouvriers sont montés en gamme. Porsche va sans doute s’y installer très progressivement, après avoir réalisé plus de R&D et d’études marketing afin de mieux répondre aux attentes du consommateur chinois. La firme fabrique déjà ses modèles Cayenne en Slovaquie, mais pour l’instant son cœur va continuer de battre près de Stuttgart.

David Barroux 

Retrouvez le Décryptage Economique