Les concessionnaires automobiles lâchés par Stellantis (Peugeot, Fiat, Jeep..)

istock

Ce n’est pas la crise du covid ou le manque de semi-conducteurs qui pèse sur la production automobile qui font trembler les concessions. Ils redoutent la grande révolution structurelle qui s’annonce et risque de provoquer des dégâts. Et c’est Stellantis qui a mis le feu aux poudres, la maison-mère de Peugeot, Citroën, Fiat, Jeep et qui représente en tout une douzaine de marques.

Stellantis, groupe récent, veut rationnaliser en s’appuyant sur les concessionnaires les plus forts

Il y a trois semaines, Stellantis a envoyé un courrier à tous ses concessionnaires européens en leur signifiant que d’ici deux ans, il se donnait le droit de rompre tous ses contrats avec eux. Ils viennent de recevoir leur préavis. Il y a des raisons qui sont propres à Stellantis. Le groupe vient de naître de la fusion de deux groupes et du coup, le nouvel ensemble a sans doute trop de concessionnaires à certains endroits. Il veut rationnaliser en s’appuyant sur les concessionnaires les plus forts, et en éliminant les faibles. Mais presque tous les constructeurs ont ouvert le même chantier et réfléchissent à l’évolution de leur réseau de boutiques.

 

A lire aussi

 

 

La révolution Internet n’épargne personne, pour acheter une voiture, on va encore dans une concession mais moins souvent, car la recherche se fait sur le net. Comme dans beaucoup de commerces, il faudra faire moins mais mieux. Il faut repenser le nombre d’implantations et les services proposés, et faire le tri entre les concessionnaires. Il y a un vrai risque que le nombre de concessions diminue à cause d’internet mais pas seulement.

 

Les concessionnaires devront monter en gamme ou diversifier leur offre

Il y a aussi le succès de la voiture électrique, qui forcément ne nécessite pas d’essence, pas d’huile, pas de moteur à explosion, moins de vibrations. Il y aura encore des accidents, du plastique cassé, mais beaucoup moins d’entretien du véhicule. Ce n’est pas bon pour les concessions, d’autant qu’on peut acheter de plus en plus de pièces de rechange via Internet. Pour survivre, les concessionnaires vont devoir soit monter en gamme, soit diversifier leur offre en allant plus vers l’occasion par exemple. Il va falloir se réinventer et réinvestir… ce n’est jamais facile.

David Barroux

Retrouvez le Décryptage Economique