Aéroports européens : pourquoi les gestionnaires redoutent le retour massif des voyageurs

Les aéroports européens sont très inquiets à l’approche de l’été. Nous sommes de plus en plus nombreux à être vaccinés et le tourisme -au moins intra-européen- va pouvoir reprendre. On pourrait passer d’environ 45 à 50 millions de passagers en mai, à 125 millions en août, une brusque accélération. Or nos protocoles sanitaires ne permettront pas d’encaisser un tel retour de la clientèle.

Augustin de Romanet, le patron d’Aéroports de Paris redoute une “apocalypse du temps d’attente”.

En temps normal, un passager passe environ 1H30 dans un aéroport. En ce moment en raison de la multiplication des procédures de contrôle de tests sanitaires, on est à 3 heures alors que le trafic reste inférieur de 70% à l’année 2019. Si on fait plus que doubler le nombre de passagers, le risque est de provoquer un énorme engorgement avec des temps d’attente aux frontières et à l’embarquement et débarquement de 5 heures, voire 8 heures. Augustin de Romanet, le patron d’Aéroports de Paris l’a dit, il redoute une “apocalypse du temps d’attente”.

 

A lire aussi

 

 

Passeport sanitaire : il faut digitaliser le processus

Si on décide d’aller en Grèce, en Croatie ou au Portugal, il faut espérer que l’Europe arrive à faire deux choses. La première c’est digitaliser le processus, proposer un vrai passeport sanitaire numérique avec des QR codes infalsifiables qui permettent de transférer toutes nos informations, sanitaires et personnelles en un clic. Il faudrait ensuite que les Européens au moins se mettent d’accord. Aujourd’hui, la politique sanitaire se décide aux frontières nationales. Combien de temps est valable un test PCR, combien de jours de quarantaine, quels sont les pays concernés… Il n’y a aucune harmonisation. Ce manque de transparence et prévisibilité pour les voyageurs comme les gestionnaires d’aéroports complique tout. Aujourd’hui, il est temps d’être inquiet et de se mobiliser parce que l’été va arriver très vite.

David Barroux

 

 

Retrouvez le Décryptage Economique