Huawei veut battre Apple et Google : est-ce possible ?

Huawei est le numéro un mondial des télécoms, en ce qui concerne le matériel, les réseaux fixes et mobiles. Le groupe chinois avait l’ambition de devenir le numéro un mondial des smartphones, et il avait de très bons produits. Mais il y a deux ans, l’Amérique de Trump a déclaré la guerre à Huawei en l’accusant d’être une société qui risquait d’abuser de sa puissance technologique pour espionner des gens dans le monde entier. C’était, selon lui, l’agent secret au service de la cyberguerre de Pékin.

Huawei détenait 20% du marché du smartphone en Europe fin 2018, et il est tombé à 2%

Trump a cherché à fragiliser ce champion chinois en le privant de technologie. Le groupe n’a plus eu le droit d’exporter aux Etats-Unis et dans de nombreux pays alliés. Et Trump a aussi privé le groupe d’oxygène en lui interdisant l’accès aux technologies américaines, aux semi-conducteurs comme aux logiciels. Huawei a fait des stocks de composants pour pouvoir continuer de produire. Mais des grands marchés à l’export se sont fermés et Huawei n’avait plus accès aux logiciels de Google.

 

A lire aussi

 

Autre blocage, Huawei ne pouvait plus installer le système d’exploitation Android qui fait tourner les téléphones, ni proposer certaines applications comme Google, Gmail ou Google Maps, et les ventes se sont écroulées. En Europe par exemple, Huawei détenait 20% du marché du smartphone fin 2018 et il est tombé à 2%. Et il a décidé de réagir.

 

Harmony, système d’exploitation pour smartphone, concurrent d’Android ou de l’Apple iOS des iPhones

Les dirigeants de Huawei ont été forcés de se passer des fournisseurs américains, et c’est pour ça qu’ils viennent de présenter leur propre système d’exploitation pour smartphone. C’est un logiciel baptisé Harmony concurrent d’Android ou de l’Apple iOS des iPhones. Ils sont riches, ils ont des compétences, ils ont un marché gigantesque en Chine, ils ont vendu jusqu’à 200 millions de terminaux par an. Ils ont beaucoup de cartes en main, mais la victoire n’est pas assurée. D’abord parce qu’historiquement les Américains ont souvent été bien meilleurs dans les logiciels, le software, que les Asiatiques, dont le point fort est plus dans le hardware, le matériel. Ensuite, ils s’attaquent à des marchés déjà conquis. Pour déloger Apple ou Google, il ne suffira pas d’être aussi bon. Il faudra être meilleur pour inciter les gens à changer et il faudra proposer des appstores aussi riches… ça s’annonce dur !

David Barroux

 

Retrouvez le Décryptage Economique