Philharmonie de Paris : la succession de Laurent Bayle en questions

Wikimedia Commons © François Moura

Dans un entretien à Télérama fin décembre, Laurent Bayle évoquait la fin de son mandat à la tête de la Cité de la musique-Philharmonie de Paris le 31 mars 2021. Même s’il reconnaît avoir un temps souhaité prolonger, le responsable de l’institution ne cache pas que le moment est venu pour lui de tourner la page. Un départ probable qui suscite un certain nombre d’interrogations.

 

Laurent Bayle aura 70 ans en juin 2021

« Les prochaines échéances me laissent évidemment un ressenti étrange. Après avoir longuement réfléchi, je pense maintenant sincèrement que l’État doit se projeter dans l’avenir. Me prolonger, comme je l’ai un temps souhaité, serait néfaste à la Philharmonie. Je ne dois pas être égoïste. D’autant que si je caricature durement, j’avouerais que ce temps que j’incarne est fini ». Ces confidences de Laurent Bayle, rapportées par Télérama, semblent ne laisser aucun doute. Le président et directeur général de Cité de la Musique-Philharmonie de Paris devrait quitter ses fonctions le 31 mars prochain.

A lire aussi

 

Une décision dictée par choix personnel, si l’on se fie à ces propos, mais également parce que la limite d’âge à ce poste étant fixée à 65 ans (Laurent Bayle aura 70 ans en juin), il faudrait une loi pour lui permettre de prolonger son mandat, sachant que le ministère de la Culture l’a déjà reconduit jusqu’au 31 mars 2021 par décret en 2016.

Difficile de trouver un successeur à Laurent Bayle

Ce départ, annoncé, implicitement pose plusieurs questions, à commencer par son officialisation. Elle n’a toujours pas été confirmée par le ministère de la Culture, qui a la tutelle de l’établissement public. Est-ce le bon moment, alors que le monde du spectacle classique vit des moments très difficiles en raison des restrictions sanitaires imposées par la pandémie de Covid 19 ? Roselyne Bachelot a certainement d’autres dossiers plus urgents à traiter et semble plus préoccupée par l’avenir de l’Opéra de Paris pour lequel elle a lancé une mission de réflexion. Mais surtout, qui pour succéder à Laurent Bayle dont le bilan ne souffre aucune contestation, tant sur les plans artistique et stratégique que financier ?

A lire aussi

 

À ce sujet, dans Télérama, Laurent Bayle rappelle que le budget annuel de l’institution (120 millions d’euros) a été multiplié par cinq en 20 ans et qu’en 2020, malgré la crise sanitaire, le déficit ne devrait pas trop dépasser 5 millions d’euros (près de 50 millions pour l’Opéra de Paris) grâce aux économies structurelles réalisées pendant cette période et à une aide de l’État. Il faudrait donc trouver une personnalité qui dispose de hautes compétences en matière de management et de gestion d’établissement public d’envergure, de stratégie d’entreprise et artistique, et relationnelles. À ce jour, aucun nom de postulant(e) ne circule.

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique