Municipales : « J’arriverai en tête dimanche », affirme David Belliard

David Belliard était l’invité de la matinale de Guillaume Durand ce jeudi 12 mars. Le candidat EELV à la mairie de Paris a jugé que son projet comportait des « différences profondes » avec de celui d’Anne Hidalgo, mais il a assuré qu’il lui tendrait la main s’il doit faire une alliance de second tour. Une victoire de Rachida Dati serait pour lui celle du « tout voiture ». « Nous empêcherons une alliance régressive pour Paris », a-t-il lancé.

 

Le meeting de David Belliard, prévu au Bataclan ce soir, annulé à cause du coronavirus

« On est dans une situation qui est exceptionnelle. Une campagne qui est du jamais vu ». La crise du coronavirus, qui chamboule quelque peu les municipales à Paris, est aux yeux de David Belliard une « crise sanitaire qui interroge notre modèle mondialisé et de surconsommation ». Le candidat écologiste à la mairie de Paris a avancé plusieurs parallèles entre l’épidémie et le changement climatique, faisant notamment une corrélation, non prouvée à ce jour par les scientifiques, entre la « crise du coronavirus » et « la déforestation ». S’il a regretté « l’absence de l’Europe » sur le sujet, il s’est réjoui que le scrutin municipal de dimanche puisse se dérouler comme prévu.

 

à lire aussi

 

A cause des mesures prises par le gouvernement, David Belliard a dû annuler son meeting prévu ce soir, jeudi 12 mars, au Bataclan ; salle qui compte 500 places de plus que le plafond autorisé par les autorités. Sa concurrente Anne Hidalgo avait dû prendre la même décision il y a quelques jours, alors que Rachida Dati a pu maintenir le sien salle Pleyel à Paris, en réduisant le nombre d’invités juste au-dessous du pallier.

 

 

David Belliard devrait organiser à la place une soirée militante en plein air et de moindre ampleur. Placé en quatrième position dans les récents sondages, avec un peu plus de 10%, il pense pouvoir « arriver en tête dimanche ».

 

David Belliard favorable à la création d’un 3e bois à Bercy

« Je tendrais la main à celles et ceux qui partagent un certain nombre de valeurs : Anne Hidalgo, Cédric Villani et pourquoi pas Danielle Simonnet », bien que la candidate soutenue par La France Insoumise ait déjà refusé sa proposition. Il se dit « en capacité de dialoguer » avec la maire sortante, avec qui il s’est allié avec son groupe écologiste en 2014 pour faire partie de la majorité gouvernante, mais assure toutefois que son programme est « très différent » du sien, sur des questions « essentielles pour Paris, sur l’urbanisation ou la bétonisation de la ville… »

 

à lire aussi

 

Il a de son côté proposé de créer un 3e bois, du côté de Bercy, « à la place d’une forêt de tours » et a réitéré sa volonté de refaire couler une rivière disparue de Paris, la Bièvre. Un projet, au coût estimé à 50 millions d’euros. « Est-ce qu’on régule le marché ? Est-ce qu’on lutte contre AirBnB ? Ce sont les sujets qu’attendent les Parisiens et les Parisiennes« , a-t-il ajouté, considérant qu’il « faut changer la méthode » de gestion de la propreté dans la ville, en créant notamment des « toilettes publiques gratuites ».

 

 

En cas de victoire de la candidate Les Républicains, David Belliard l’affirme : « Je prendrais mes responsabilités, comme les écologistes l’ont toujours fait ». « Nous empêcherons une alliance qui serait régressive pour Paris ». Avec Rachida Dati, « c’est la ville du tout voiture, c’est une ville du passé. L’avenir, c’est l’écologie », a-t-il conclu.

 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques