Coronavirus : 45.000 élèves et 3.000 enseignants confinés, annonce Jean-Michel Blanquer

Jean-Michel Blanquer était l’invité de la matinale de Renaud Blanc ce vendredi 6 mars. Le ministre de l’Education nationale a réitéré qu’aucune fermeture systématique d’école n’aura lieu, même après le passage au stade 3 du plan anti-coronavirus. Il a aussi indiqué que les enseignants ne pourront pas faire valoir leur droit de retrait et qu’il y « aura déclenchement d’assurances » pour rembourser les parents après la suspension des voyages scolaires.

 

Coronavirus : les professeurs ne pourront pas faire valoir leur droit de retrait

« On est toujours autour de 150 écoles et établissements » fermés à cause du coronavirus, « essentiellement dans l’Oise et le Morbihan, principaux foyers de l’épidémie dans le pays ». Jean-Michel Blanquer a estimé ce matin au micro de Renaud Blanc que « 45.000 élèves et 3.000 enseignants » étaient concernés par ces mesures de confinement. Alors que le pays se prépare à passer au stade 3 du plan anti-épidémie, d’ici « quelques jours » a prédit le ministre de l’Education, aucune fermeture systématique des établissements scolaires n’est envisagée. Il a aussi vanté les mérites de la plateforme numérique du ministère, qui offre une alternative à la classe avec des exercices en ligne et des cours par vidéos.

 

à lire aussi

 

« Nous savons que ce n’est la bonne stratégie de tout fermer. On me propose souvent la comparaison avec l’Italie, [NDRL : qui a décidé de fermer toutes les écoles du pays depuis hier, jeudi 5 mars]. Il n’est du tout démontré que cette logique soit la bonne car en paralysant le pays, elle empêche les bons soins. Ce que fait l’Allemagne ressemble beaucoup à ce que nous sommes en train de faire ». Alors que plusieurs salariés du musée du Louvre ou encore ceux d’une compagnie privée de bus ont décidé de faire valoir leur droit de retrait par crainte du coronavirus, Jean-Michel Blanquer a rejeté la légitimité de ce droit pour les professeurs.

 

Jean-Michel Blanquer promet du savon pour tous les établissements scolaires

Le droit de retrait « correspond à une définition juridique précise. Cela ne veut pas dire que l’on ne peut pas faire les choses en finesse ». Les enseignants souffrants de pathologies les fragilisant face au virus sont d’ailleurs invités à ne pas aller travailler, après avoir présenté un justificatif de leur médecin. Les élèves, eux, se plaignent de ne pas pouvoir se laver les mains, à cause des mesures d’hygiène prises ces dernières années et qui ont conduit à la suppression des pains de savon dans les sanitaires des établissements.

 

 

« Les toilettes dans les écoles, collèges et lycées sont un point faible français. On veut avoir un plan avec les collectivités locales […] pour que tous les établissements soient fournis en savon », a assuré le ministre, arguant que Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités, avait réuni hier au ministère les associations d’élus en ce sens. « Il peut encore y avoir quelques problèmes ça et là. Nous remédions aux éventuels trous dans la raquette ».

 

Des « poursuites disciplinaires et pénales » pour les perturbateurs des épreuves du bac

La suspension des voyages scolaires, réclamés par « beaucoup de personnes sur le terrain », ne devrait durer que quelques semaines. « Nous ne voulons pas que tous les voyages soient annulés d’ici » la fin de l’année scolaire. Les parents qui ont déboursé de l’argent pour faire partir leurs enfants seront remboursés, assure le ministre : « Il y aura déclenchement des assurances ». Les épreuves du baccalauréat prévues fin juin ne devraient pas être impactées « a priori ». Mais elles pourraient être perturbées dans quelques établissements, comme ce fut le cas pour les épreuves de contrôle continu.

 

à lire aussi

 

« On a pas le droit de perturber une épreuve. Il y a des gens qui croient que c’est la Foire du trône tous les jours, [des gens] qui ont perdu complètement le bon sens en faisant des choses illégales. Je n’ai aucune raison de céder à ce genre de comportements », a-t-il clamé, annonçant des « poursuites disciplinaires et pénales » pour les fauteurs de troubles.

 

Les copies du baccalauréat ont été numérisées et seront consultables par les élèves

« On en parle beaucoup parce que cela touche Paris, parce que ce sont des endroits où il y a beaucoup de militantisme de la part de certains qui voient l’école comme un terrain politique ». Notre « objectif, c’est que tout le monde ait une note ». Sauf qu’il reste encore quelques élèves qui n’ont pas encore composé : « il est encore temps de rectifier » le tir, à indiqué Jean-Michel Blanquer. Des participants aux épreuves se sont, eux, plaints du manque de diversité des sujets ; certains établissements ayant choisi de faire passer la même épreuve qu’un autre, situé dans la même localité et à quelques jours d’intervalle.
« Ce n’est pas grave. A la limite, c’est presque une bonne chose », s’est justifié le ministre. Le contrôle continu n’est pas fait pour piéger les élèves […] mais pour qu’ils apprennent des choses ». Pour la première fois cette année, toutes les copies ont été numérisées. Ainsi, les candidats au bac vont pouvoir consulter leurs copies, après l’étape des commissions d’harmonisation, et sans avoir à faire des demandes administratives souvent longues et fastidieuses.

 

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques