Manifestation des agriculteurs : Comment le cinéma parle des paysans ? – Journal Imprévisible

La manifestation des agriculteurs à Paris et en régions ce mercredi 27 novembre, à l’appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs a donné l’idée à Renaud Blanc de se pencher sur les liens entre monde agricole et cinéma. Son Journal Imprévisible est consacré aujourd’hui à cette mobilisation des exploitants contre l’agribashing et la baisse de leurs revenus.

 

Les agriculteurs dénoncent « l’agribashing »

Près de 1.000 tracteurs sont partis depuis l’aube, en direction de l’ouest de la capitale… depuis les régions Hauts-de-France, Normandie, Ile-de-France, Grand-Est, Centre-Val-de-Loire, et Bourgogne-Franche-Comté. Ils se rassemblent sur l’avenue Foch, avec la volonté de rencontrer Emmanuel Macron. Parmi leurs motifs de colère : la mauvaise image du monde agricole véhiculée parfois dans les médias, qualifiée « d’agribashing ». Qu’en-est-il au cinéma ?

 

Ecoutez le Journal Imprévisible de Renaud Blanc.

 

De la Soupe aux choux à Alexandre le bienheureux

Renaud Blanc décrit un monde agricole qui a beaucoup évolué sur grand écran, Louis de Funès en 1981 joue dans la Soupe aux choux un agriculteur qui aime boire, et n’a que son champ pour tout horizon.
Le septième art a aussi célébré le paysan patriarche qui règne en maître sur sa ferme, dans « La horse », de Pierre Granier-Deferre en 1970, Jean Gabin découvre que son petit-fils est impliqué dans un trafic de drogue.

 

A lire aussi

 

 

Guillaume de Tonquédec et Philippe Noiret en paysans poètes

Dans certains films, le paysan est poète : Guillaume de Tonquédec interprète un agriculteur récitant Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand dans « Roxane », sorti en salles l’été dernier. Philippe Noiret dans « Alexandre le bienheureux », joue un cultivateur de la Beauce, qui veut profiter de la vie. Ces dernières années, les longs métrages sur les agriculteurs sont des cris d’alarme, qui montrent les difficultés du métier, la détresse d’un monde qui est en train de mourir. « Petit paysan » sorti en 2017, et nommé sept fois aux César, évoque la crise de la vache folle, et plus récemment « Au nom de la terre » avec Guillaume Canet, est une saga familiale consacrée à l’évolution du monde agricole de ces 40 dernières années.

 

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’actualité du Classique