Un nouveau vol d’instrument : un musicien du Royal Liverpool Philharmonic s’est fait dérober son violoncelle

Un violoncelliste du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra (RLOP) s’est fait voler son instrument de grande valeur vendredi dernier alors qu’il l’avait laissé dans sa voiture. Gethyn Jones a lancé un appel afin que soit retrouvé ou que lui soit rendu son violoncelle qu’il avait acheté il y a 34 ans.

 

« Pour l’acheter, j’ai vendu tout ce que je possédais »

Ce vendredi 22 novembre vers 18h30, Gethyn Jones, avait garé sa voiture près du Liverpool Philharmonic Hall sur Caledonia Street, mais une demi-heure plus tard en rejoignant son véhicule, il avait découvert la vitre arrière brisée et son instrument avait disparu. Interrogé par le journal Liverpool Echo, le musicien a confié sa stupeur et son désespoir : « J’étais tout simplement brisé. J’ai failli tomber à genoux sous le choc. Pour me permettre de l’acheter, il y a 34 ans, j’ai vendu tout ce que j’avais. Je n’ai pas d’autre instrument. Je n’en ai pas de rechange, je n’ai que lui ». Le violoncelle dérobé a été fabriqué en 1977 par Colin Irving, luthier à Bath, et se trouvait dans un étui bleu marine de marque Gewa. Sur l’instrument est inscrit le numéro 72 avec une signature de Colin Irving. Par ailleurs, l’étui contenait l’archet ancien, fabriqué par Albin Hums, que Gethyn Jones utilise depuis 39 ans.

 

Les collègues de Gethyn Jones se mobilisent

L’orchestre dans lequel joue Gethyn Jones, ses collègues du RLOP et d’autres musiciens britanniques ont multiplié les appels sur les réseaux sociaux afin que son violoncelle lui soit rendu. Le musicien, lui-même a déclaré à la presse : « S’il vous plaît, rendez-le moi, déposez-le à la porte du Liverpool Philharmonic de manière anonyme. Il ne sera fait de mal à personne ». Ajoutant « Ce violoncelle, c’est ma vie, mon âme sœur, c’est tout pour moi. Chaque fois que quelque chose ne va pas, j’ai toujours pu compter sur lui. J’ai maintenant 60 ans et je ne trouverai certainement jamais de quoi le remplacer. Celui qui l’a volé m’a pris mon ami et mon gagne-pain. »

Espérons que Gethyn Jones aura autant de chance que Stephen Morris, ce violoniste anglais dont l’instrument de grande valeur avait disparu dans un train à Londres et qui lui a été rapporté 10 jours plus tard. En février 2018, c’est Ophélie Gaillard qui avait eu le bonheur de voir déposé devant son domicile son violoncelle, volé 2 jours plus tôt en région parisienne sous la menace d’un couteau.

 

A lire aussi

 

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique