M6 et TF1 : comment la télévision résiste-t-elle face à Netflix ?

M6 vient d’annoncer ses résultats et TF1 présente les siens aujourd’hui. Les champions de la télévision ne vont pas si mal que ça.

Netflix et les smartphones représentent une concurrence rude

C’est sûr, la concurrence est de plus en plus rude. Entre Netflix et les smartphones, les téléspectateurs qui hier ne pouvaient se tourner que vers l’écran de la télévision pour voir des images ont aujourd’hui plus de choix. La télévision n’a plus le monopole de l’attention, l’audience s’effrite. Conséquence, une partie de la publicité bascule sur ces nouveaux écrans. Pour les télés généralistes qui étaient dans une position de rente et qui n’avaient qu’à se partager un gâteau, le monde est devenu plus dur. Mais ce n’est pas la fin du monde.

 

A lire aussi

 

La télévision fait de la résistance. Il faut dire qu’elle part de très haut. Il faut réaliser que tous les soirs, plus de 30 millions de Français regardent la télévision. Et on consomme de la télé à haute dose puisqu’en moyenne on la regarde plus de 3h30 par jour. Et même plus de 5 heures pour les plus de 50 ans. C’est vrai que depuis trois ou quatre ans, on regarde un peu moins la télévision parce qu’on passe plus de temps sur Netflix mais il faut relativiser parce qu’on sortait quand même d’une période de croissance.

 

Aux Etats-unis, 1/5ème du temps devant l’écran est dédié à Netflix ou Disney+

Entre 2009 et 2012, avec l’arrivée des nouvelles chaînes de la TNT on a regardé la télé une demi-heure de plus par jour. La télévision reste la distraction la moins chère et la plus facile d’accès. La presse a été beaucoup plus fragilisée par le tsunami digital que la télévision. A moyen terme, la télévision va-t-elle souffrir de la concurrence ? La principale source d’inquiétude c’est que les jeunes se détournent de l’écran noir. Les 15-24 ans passent plus de temps devant leur smartphone ou leur ordinateur que devant le téléviseur. Et aux Etats-Unis le boom des services de vidéo à la demande a pour conséquence qu’un cinquième du temps que l’on passe devant l’écran est dédié à Netflix ou Disney+.

 

 

Aujourd’hui ce n’est pas très grave car les annonceurs qui ciblent plutôt les adultes adorent encore la télé qui reste le seul moyen d’avoir l’assurance d’être vu de tous. La pub à la télé est efficace. Les recettes restent donc massives et progressent car les prix grimpent doucement. A long terme, il y a quand même une menace. Pas une menace d’effondrement mais de décroissance lente. Les groupes de télévision souffrent en Bourse parce que ce ne sont plus des valeurs de croissance. On peut se désoler pour eux mais on peut aussi faire le pari que dans les années qui viennent les géants de l’Internet, de la télévision classique et les Netflix finiront peut-être par se marier ou par passer des alliances. Au final, on n’a jamais consommé autant d’images et la pub va être de plus en plus présente. Les groupes de télé vont devoir se battre mais l’écran géant dans notre salon n’est pas près de disparaître.

David Barroux

 

Retrouvez le Décryptage Economique de David Barroux