Le e-commerce a franchi en France la barre des 100 milliards d’euros

Le commerce de détail en France représente plus de 1.000 milliards. La part du e-commerce n’est que 10% du total. Mais c’est un canal de vente en forte progression.

 

Amazon domine le e-commerce

Le chiffre d’affaires d’Amazon et de ses concurrents a été multiplié par quatre en dix ans. Et l’an dernier, la croissance était encore à deux chiffres alors que le commerce traditionnel fait plutôt du surplace. Et il y a encore une vraie marge de croissance parce qu’en Angleterre par exemple, le e-commerce représente 18% du commerce au total. On peut tirer plusieurs leçons de cette croissance : la première c’est qu’en moins de dix ans, le e-commerce est devenu un réflexe.

 

 

Aujourd’hui, tout le monde ou presque passe des commandes depuis son smartphone ou son ordinateur. La base des cyber-consommateurs ne cesse de s’élargir. Et on achète désormais de tout et comme on consomme de plus en plus souvent, le panier moyen ne cesse de chuter. Aujourd’hui il est à peine de 60 euros.

 

Oui.sncf et Booking font partie des sites de services qui réalisent la moitié du e-commerce en France

L’autre leçon c’est que le e-commerce a obligé tout le commerce à changer. Les acteurs traditionnels de la distribution ont du s’y mettre et surtout le e-commerce dominé par Amazon a mis l’attention du client au centre de ses préoccupations. Aujourd’hui le client a plus d’information, plus de services. Il est globalement mieux traité. C’est l’autre leçon. Il faut savoir que la moitié du e-commerce en France est réalisé par des sites de services comme Oui.SNCF, Booking ou d’autres. On achète beaucoup d’immatériel via les apps. Du coup, il faut relativiser la toute-puissance des e-commerçants. Dans les achats du quotidien d’alimentation ou de divers objets, le e-commerce n’est qu’un canal de vente de complément. La croissance d’internet prive un peu de croissance le commerce traditionnel mais il n’a pas siphonné toute la demande. L’autre leçon c’est qu’à part Amazon et Vente Privée, la plupart des grands acteurs du e-commerce en France sont des filiales de grands distributeurs comme Cdiscount qui appartient à Casino, Fnac et Darty et tous les sites de drive qui sont rattachés à Leclerc ou les autres hypermarchés. Il ne faut donc peut-être pas trop diaboliser le e-commerce en disant qu’en particulier Amazon va tuer tout le monde.

 

David Barroux

 

Retrouvez le Décryptage Economique de David Barroux