Google Maps fête ses 15 ans et annonce des nouveautés

Le service de localisation, de carte et d’itinéraire Google Maps fête son quinzième anniversaire. Un outil gratuit, mais qui génère des recettes grâce aux données personnelles des utilisateurs.

 

Google Maps induit des frais de fonctionnement et de mise à jour considérables

Cette application a changé la vie de centaines de millions de personnes. Souvenez-vous du monde d’avant. Un monde dans lequel on devait acheter des cartes, demander des indications quand on allait chez des amis. Un monde dans lequel on ne savait pas combien de temps il fallait pour aller d’un point A à un point B. Enfin, un monde dans lequel on perdait du temps en se perdant. Aujourd’hui, Google Maps rend un véritable service du quotidien. Et plus de la moitié des gens qui disposent d’un smartphone utilisent régulièrement cette fonction de carte et d’itinéraire.

 

 

 

Google ne donnant pas le détail des comptes par activité, on ne peut être sûr de la rentabilité du service. Très cher à développer, il implique l’envoi de milliers de voitures dans les rues pour capturer en images les routes. Il faut actualiser en permanence les cartes et dépenser beaucoup dans la puissance informatique, les serveurs et les logiciels. Sauf que ce service est gratuit et ne rapporte donc pas d’argent. Enfin pas directement. Car Google Maps peut générer plusieurs types de recettes. Déjà quand un restaurant l’utilise sur son site pour expliquer comment se rendre chez lui, il paye Google. Quand un commerce veut être mis en valeur sur la plateforme ou dans les suggestions de Maps, là aussi il faut payer. Enfin, c’est aussi une usine à collecter des données personnelles. Grâce à Maps, Google sait où on habite, où on travaille, où on va et les adresses que l’on recherche. Cela lui permet de mieux nous connaître et donc de mieux monétiser nos usages auprès des annonceurs.

 

Google Maps propose désormais de réserver une table dans un restaurant

Autre point fort de Maps, son avance sur la concurrence. La multinationale californienne offre un très bon service qui n’arrête pas de s’enrichir de nouvelles fonctionnalités, telle la possibilité de réserver une table dans un restaurant ou de prendre rendez-vous chez le coiffeur dans l’appli. L’objectif est d’être vu comme un guide pour concurrencer des services comme Citymapper. Le rival reste Apple, qui a lancé Plans en 2012. Mais il a connu un mauvais démarrage ; son service n’étant pas très performant.
Depuis, il s’améliore et Apple mise sur le respect de la vie privée. L’entreprise ne nous suit pas à la trace. L’outil permet surtout de fidéliser les acheteurs d’iPhone. Mais aux Etats-Unis par exemple, presque 7 personnes sur 10 utilisent Google Maps contre 1 sur 10 pour Plans. Le vrai concurrent potentiel de Maps pourrait être Waze, essentiellement utilisé par les automobilistes. Mais il ne s’avérerait pas une vraie menace pour Google puisqu’il l’a déjà racheté.

 

David Barroux

 

Retrouvez le Décryptage Economique de David Barroux