Le Festival d’Aix-en-Provence 2020 sera numérique

En raison des restrictions sanitaires mises en place cet été, le Festival d’Aix-en-Provence, a été réorganisé en version numérique. 10 récitals de grands noms du lyrique seront filmés à huis clos puis proposés en streaming gratuitement.

 

Sabine Devieilhe,  Véronique Gens, Christian Gerhaher, Stanislas de Barbeyrac et Jakub Jozef Orlinski en récital

Après l’annulation du format original (30 juin – 18 juillet) pour cause de coronavirus, cette « scène numérique », qui aura lieu du 6 au 15 juillet, sera émaillée également de débats sur l’avenir du monde de l’opéra, mis à mal par la pandémie en raison de la fermeture inédite et prolongé des théâtres à travers le monde. Parmi les invités de marque figure le très populaire baryton allemand Christian Gerhaher, les sopranos françaises Sabine Devieilhe et Véronique Gens, le ténor français Stanislas de Barbeyrac, le contre-ténor polonais Jakub Jozef Orlinski ou encore le grand chef d’orchestre britannique Sir Simon Rattle.

 

A lire aussi

 

Christian Gerhaher était programmé initialement pour l’un des événements de l’édition 2020, l’opéra « Wozzeck » d’Alban Berg où il interprétait le rôle-titre, et un récital. Pour l’édition numérique, il chantera des morceaux de Franz Schubert et d’Alban Berg. Quant à Simon Rattle, qui devait diriger le London Symphony Orchestra dans « Wozzeck », en plus d’un récital et d’une parade musicale sur le cours Mirabeau, il accompagnera au piano la mezzo-soprano Magdalena Kozena.

 

Les chefs d’orchestres Thomas Hengelbrock et Susanna Mälkki participeront à des débats filmés

Les récitals seront enregistrés à huis-clos dans des lieux emblématiques du festival, comme le Théâtre de l’Archevêché ou l’Hôtel Maynier d’Oppède. De nombreux artistes qui étaient prévus au festival vont participer à des débats qui seront enregistrés sur Zoom puis proposés en streaming sur la chaîne du festival, tels que les chefs d’orchestre Thomas Hengelbrock et Susanna Mälkki (également violoncelliste), ou encore la compositrice Kaija Saariaho qui devait présenter en création mondiale l’opéra « Innocence ».

A lire aussi

 

Quant à l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée et l’Académie du Festival d’Aix, leurs résidences et sessions de formation sont maintenus mais en ligne.

 

Philippe Gault (avec AFP)

 

Retrouvez l’actualité du Classique