Le créateur de Meetic Marc Simoncini et SEB s’associent pour lancer un vélo électrique intelligent

SEB se lance dans le vélo électrique en s’associant au créateur de Meetic, Marc Simoncini. Angell, sa start-up, a créé un vélo intelligent que l’entreprise d’électroménager va produire en France. Mais, de moyenne gamme, il pourrait avoir du mal à se trouver un marché.

 

Marc Simoncini, créateur de Meetic veut révolutionner le vélo, comme l’iPhone avec la téléphonie mobile

Le roi de la cocotte-minute a en effet décidé d’ajouter une corde à son arc. SEB faisait déjà des yaourtières, des fers à repasser et des friteuses sans huile. Aujourd’hui, l’entreprise s’associe à Marc Simoncini, le fondateur de Meetic, en entrant au capital d’Angell, sa dernière start-up. Simoncini, qui sait qu’il faut être ambitieux pour avoir une chance de réussir, affirme que l’objectif d’Angell est de révolutionner le vélo comme l’iPhone a révolutionné la téléphonie mobile.

 

à lire aussi

 

Il veut lancer un smartbike, un vélo électrique intelligent, avec une sorte de cockpit digital intégré : un écran de contrôle et d’information. Pourquoi SEB s’associe à ce projet ? Parce que son ADN est de lancer des produits innovants qui simplifient notre vie quotidienne. Le vélo électrique correspond bien à cela. En plus, SEB et Simoncini sont complémentaires.

 

 

Simoncini a imaginé un beau produit designé par Ora-ïto, mais il est incapable de le fabriquer. Alors que SEB, justement, a des usines et des ouvriers en France qui savent assembler des objets complexes avec de la mécanique, de l’électronique, des moteurs et des batteries.

 

Le vélo d’Angell sera vendu à partir de 2.700 euros

Le moment pour une alliance est bien choisi, parce que le marché du vélo électrique, qui était bien orienté, devrait connaître une sacrée accélération dans cette période de covid. On n’a pas envie de prendre le métro et le vélo électrique est une super solution de mobilité urbaine pour plein de monde. Ensuite, SEB est un industriel qui sait acheter des composants, qui sait produire en baissant les coûts et qui pourra ouvrir la porte de la distribution dans tous les principaux pays.

 

à lire aussi

 

C’est donc une alliance prometteuse, mais la compétition va être rude sur le marché du vélo électrique. L’Angell, qui sera disponible à partir d’août-septembre, va être vendu 2.700 euros et pourrait être pris en sandwich entre des vélos d’entrée de gamme à 1000 euros chez Décathlon et d’autres vélos, qui ont déjà fait leurs preuves, comme les Moustache ou des vélos plus haut de gamme et plus chers.

 

David Barroux