Le compositeur polonais Krzysztof Penderecki est mort à l’âge de 86 ans

Le compositeur et chef d’orchestre polonais Krzysztof Penderecki, reconnu comme un des grands compositeurs contemporains et parmi les plus innovants, est décédé des suites d’une longue maladie près de chez lui à Cracovie.

Krzysztof Penderecki a inspiré Martin Scorsese pour la musique de son film Shutter Island

C’est l’association Ludwig van Beethoven de Cracovie, fondée par son épouse Elzbieta, qui a annoncé le décès à 86 ans de Krzysztof Penderecki, couronné par de nombreux prix et qui a travaillé avec de grands orchestres symphoniques tant européens qu’américains pendant sa longue carrière.

 

A lire aussi

 

Ses principales œuvres sont le Requiem polonais, l’opéra Les Diables de Loudun ou encore La Passion selon Saint Luc, la Symphonie n° 7 « Les Sept Portes de Jérusalem », ou le Concerto pour violoncelle et orchestre n° 2 créé en 1983 par Mstislav Rostropovitch. Ses airs ont aussi inspiré de grands réalisateurs au cinéma comme Andrzej Wajda pour son film Katyń ou Martin Scorsese pour Shutter Island (Symphony No.3 Passacaglia – Allegro Moderato).

Une place importante à la musique lithurgique

Né à Debica, en Pologne, le 23 novembre 1933, Krzysztof Penderecki a vécu une longue partie de son existence sous le régime communiste. Paradoxalement, il a accordé la place la plus importante de son oeuvre à la musique liturgique. En 1959, il reçoit le prix de l’Union des compositeurs polonais.

 

A lire aussi

 

Parmi les œuvres qui ont déterminé le choix du jury : Les Psaumes de David (1958), pour chœur, deux pianos, célesta, harpe, quatre contrebasses et percussion, 1ère œuvre sacrée du compositeur. Suit, en 1962, le Stabat Mater, pour 3 chœurs a cappella, intégré par la suite dans la grande œuvre à laquelle il travaille de 1962 à 1965, La Passion selon saint Luc, qui sera créée en 1966. En 1967 naît le Dies irae, à la mémoire des victimes d’Auschwitz (pour soli, chœur et orchestre) et, en 1970, L’Aurore (pour solistes, deux chœurs et orchestre) tandis que Utrenja (pour une formation similaire, 1969-1971) évoque et recrée la liturgie russo-byzantine. Quadruple lauréat des Grammy Awards (en 1988, en 1999 – dans 2 catégories, et en 2017), Krzysztof Penderecki coopère en 2011 avec Jonny Greenwood, leader du groupe rock anglais Radiohead, et le compositeur de musique électronique Aphex Twin, tous deux admirateurs de son oeuvre. Leur rencontre se soldera par des concerts et un projet de disque en commun. A propos de son travail, Krzysztof Penderecki disait « Au début, je suivais un chemin bien tracé, j’avais tort. Quand l’avant-garde des années 50 et 60 s’est figée, j’ai continué à chercher et je me suis détourné de mon chemin de façon inattendue. Toute ma vie j’ai cultivé mon jardin, j’y ai créé deux labyrinthes et lorsque vous plantez un labyrinthe, vous connaissez toutes les façons d’en sortir ».

 

Philippe Gault (avec AFP)