André Larquié, ancien président de l’Opéra de Paris, est mort à l’âge de 81 ans

Grand serviteur de la culture et de la musique en particulier, André Larquié dirigea l’Opéra de Paris, RFI, le Théâtre du Châtelet et bien d’autres institutions. On lui doit la nomination de Rudolf Noureev à la tête du Ballet de l’Opéra de Paris.

Une carrière au service de la culture, et plus particulièrement de la musique et de la danse

« Tout au long de sa vie, André Larquié n’a jamais cessé de servir la France et sa culture ». C’est par ces mots que Franck Riester a commenté la disparition jeudi 26 mars d’un homme passionné qui a marqué les institutions qu’il a dirigées et notamment l’Opéra National de Paris et l’Association Pour le Rayonnement de l’Opéra de Paris qui ont tenu à saluer « Les engagements de cet homme de culture et grand mélomane, à la personnalité extraordinaire qui fut un soutien fidèle et généreux ».

A lire aussi

André Larquié, né en 1938 dans les Pyrénées Atlantiques, diplômé de l’IEP de Paris, ancien élève de l’ENA a réalisé l’essentiel de sa carrière au service de la culture, et plus particulièrement de la musique et de la danse. En 1975, il est adjoint au directeur de la musique, de l’art lyrique et de la danse au ministère de la Culture et de la Communication puis de mai 1981 à septembre 1983, chargé de mission auprès du ministre de la culture Jack Lang. Il a ensuite été nommé Président du Théâtre National de l’Opéra de Paris, de 1983 à 1987, Président du Théâtre contemporain de la danse et du Centre national de la Danse, puis conseiller technique pour la culture et la communication au cabinet de Michel Rocard à Matignon, entre 1988 et 1989 et président directeur général de Radio France Internationale (RFI), de 1989 à 1995. En 1998, il devient directeur de la mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France et président du Ballet national de Nancy et de Lorraine. Président du conseil d’administration de la Cité de la musique, de 1999 à 2001, Président du conseil d’administration du Théâtre du Châtelet puis Président du Palais omnisport de Bercy en 2004. Il était aussi le président du Cercle des amis de Rudolf Noureev depuis 1995.

La carrière de Rudolf Noureev en France doit beaucoup à André Larquié

Alors qu’il était encore au ministère de la Culture, André Larquié négocie la venue de Rudolf Noureev à la tête du Ballet de l’Opéra et, dès sa prise de fonction à l’Opéra de Paris, refonde l’Association pour le Rayonnement de l’Opéra de Paris (Arop) avec Marina de Brantes. Ils organisent ensemble un événement en octobre 1984 qui réunit plus de 500 personnes pour relancer cette association d’amis et de mécènes, créée en 1980. Rudolf Noureev, nouveau Directeur de la danse, est présent, ainsi que les membres fondateurs de l’Association. Quelques mois plus tard, l’Arop organise un gala  avec, au programme, Le Lac des cygnes dans une chorégraphie inédite de Rudolf Noureev. Le Comité Colbert et la Chambre syndicale de la Haute Couture y assistent, ainsi que les plus grandes marques de luxe françaises. Sous son impulsion sont créés, en 1985, les American Friends of the Paris Opera and Ballet pour financer une tournée du Ballet à New York, la matinée « Rêve d’enfants » qui permet d’accueillir des centaines d’enfants issus de maisons d’accueil et de centres sociaux de la région parisienne, ainsi que le 1er Prix de la danse, en 1987, qui est remis à une jeune danseuse et un jeune danseur du Ballet de l’Opéra de Paris pour encourager leur carrière.

 Philippe Gault (avec service de presse Opéra de Paris)