La FDJ est introduite aujourd’hui en Bourse. Est-ce que ce sera un bon placement pour les Français ? 

Les Français ont en tous les cas voté avec leurs euros. Ils ont été un demi million à acheter des actions FDJ. Mais impossible de vous dire si le cours va monter…

 

Introduction en bourse de la FDJ : une très forte demande

Ce que l’on sait c’est que comme la demande a été forte, le gouvernement a fixé le prix dans le haut de la fourchette, ce qui limite forcément le potentiel d’appréciation. Ensuite, tout dépendra de la performance commerciale de la FDJ. On peut se dire que le marché est porteur et que l’Etat qui reste actionnaire et qui veut prélever sa part sur les jeux va favoriser sa croissance ce qui pourrait doper le cours de l’action.

 

Mais ce n’est pas garanti ?

En Bourse on achète le futur et c’est toujours très dur de prédire l’avenir… La FDJ c’est a priori un placement peu risqué mais l’histoire a prouvé que les privatisations ont souvent rapporté le premier jour de cotation mais pas sur la durée. EDF, GDF, Thomson Multimédia ce sont des catastrophes. Air France et France Télécom c’est pas top. A part Total qui a fait mieux en termes de performance que la Bourse et BNP si on prend en compte les dividendes, les ex entreprises publiques n’ont pas séduit la Bourse une fois privatisées… Le risque en plus aujourd’hui c’est que cette privatisation intervient alors que la Bourse de Paris est au plus haut depuis octobre 2007. On approche des 6.000 points. On était à moins de 4.000 début 2016.

 

Est-ce que c’était une bonne idée d’essayer de séduire le grand public ?

Je pense que oui. Mais attention, il ne faut pas que les Français croient que la Bourse c’est une loterie. Dans plein de pays, les actions, c’est une manière de se constituer un patrimoine et une épargne de précaution. C’est une retraite par capitalisation ou un complément par rapport à la retraite par répartition. En France, on sait que notre modèle par répartition est fragilisé. Il faut donc inciter ceux qui le peuvent à investir en Bourse. Les privat des années 80-90 avaient permis de faire passer le nombre de petits porteurs de moins de 2 millions à plus de 7. On est retombé à 3 millions de boursicoteurs parce que les crises et les privat ont un peu dégouté les Français. Espérons que la FDJ leur redonnera un peu le goût de la Bourse sur la durée.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux