Kellogg’s Corn Flakes : les céréales font de la résistance

Le patron de Kellogg’s Corn Flakes interviewé ce matin dans Les Echos le dit, les céréales n’ont pas l’intention de passer de mode au pays du croissant et de la tartine de confiture.

 

Kelloggs change ses recettes pour limiter le sucre

La France s’est longtemps laissée inspirer par l’American Way of Life et la mode du bol de Rice Crispies, de Frosties ou autres au petit-déj importés des USA mais depuis quelques années, le marché des céréales recule. L’an dernier, les ventes en France ont encore chuté de 4% en volume et de 1,5% en valeur à 570 millions d’euros. Les céréales ont une meilleure image que pas mal d’autres segments de l’agro-alimentaire.

 

A lire aussi

 

Ce sont des aliments moins transformés, plus naturels et on les consomme avec du lait, qui est bon pour la croissance des enfants. Mais ils sont souvent trop sucrés, trop salés. Et aujourd’hui à l’heure de Yuka, du bio et du consommateur de plus en plus vigilant sur ce qu’il mange et sur ce qu’il donne en particulier à ses enfants, les céréales souffrent et c’est pour ça que Kellogg’s a décidé d’agir sur plusieurs fronts. D’abord ils ont revu leurs recettes pour diminuer le sucre.

 

4 Français sur 10 prennent un petit-déjeuner tous les jours

Dans le célèbre Coco Pops par exemple on est passé de 35% de sucre à seulement 17% et il y a plus de cacao. Comme les recettes ont changé, Kellogg’s peut être plus fier de la qualité de ce qu’il vend et du coup on va voir progressivement sur de plus en plus d’emballages apparaître le Nutriscore, ce système de notation volontaire qui permet d’évaluer la qualité nutritionnelle des aliments.
Les céréales ne sont qu’une offre parmi plein d’autres. En France on reste avant tout le pays du pain. 40% des Français en prennent encore au petit-déjeuner tous les jours. Alors que les céréales sont surtout consommés par des enfants mais pas tous les jours.

 

 

Pour gagner sur le marché du petit-déjeuner il faut être pratique et de plus en plus sain. Le petit-déj, ça reste dans presque tous les foyers le repas que l’on prend encore à la maison mais comme on a tendance à se coucher de plus en plus tard et donc à se lever un peu tard on veut aller vite en passant d’une pièce à l’autre en prenant son petit-déjeuner. Du coup les barres des céréales sont souvent plus faciles à manger que les céréales dans un bol. Comme dans plein de secteurs, pour séduire, les céréales ont besoin de se réinventer.

 

David Barroux

 

Plus d’articles du décryptage économique de David Barroux