« Je ne vois pas pourquoi l’étude de The Lancet serait foireuse », juge Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut était l’invité de la matinale de Guillaume Durand mardi 26 mai. Le philosophe et académicien s’est montré virulent à l’encontre de Didier Raoult, qui cristalliserait « les dégagistes, les vindicateurs et les anti-élitistes forcenés » autour de lui. Pour lui, l’infectiologue est à la « jonction entre la pensée savante et la pensée magique » et aurait une attitude « extraordinairement dangereuse ». Il a aussi estimé que « le fait d’avoir figé l’économie pour sauver des vies est à l’honneur de notre civilisation ».

« Je reproche au professeur Raoult d’avoir en quelques sortes diffamé le scrupule », a déclaré Alain Finkielkraut

« Je suis très inquiet de la pente anti-élitiste dans laquelle est engagée la France ». Alain Finkielkraut s’est montré offensif ce matin au micro de Guillaume Durand à l’égard de ceux qu’il nomme « les dégagistes, les vindicateurs et les anti-élitistes forcenés » qui se seraient agrégés autour de la personnalité anti-conformiste du directeur de l’IHU de Marseille. « Je vois notamment l’anti-élitisme se cristalliser autour du professeur Raoult », s’est-il inquiété, estimant paradoxalement que le rapprochement apparent entre Emmanuel Macron et certaines figures disruptives, comme Philippe De Villers ou Eric Zemmour, n’était pas un problème.

 

A lire aussi

 

« Ces prises de contact en elles-mêmes ne me choque pas », a-t-il indiqué, concentrant ses attaques sur l’infectiologue marseillais. « Ce professeur nous a présenté un traitement quasi miracle, jonction entre la pensée savante et la pensée magique, et a refusé les essais cliniques », a-t-il critiqué. Pour Didier Raoult, les essais cliniques ne sont qu’une « mode » instaurée par les laboratoires pharmaceutiques et sans fondements véritables.

 

 

Alain Finkielkraut à l’inverse y voit un « protocole tout à fait légitime ». « Les essais cliniques ont été instaurés pour protéger médecins et patients de l’influence commerciale de l’industrie pharmaceutique, pour que les fabricants apportent la preuve de l’innocuité de leurs produits avant de les vendre », a-t-il argué. « Je reproche au professeur Raoult d’avoir en quelque sorte diffamé le scrupule », a-t-il répété à plusieurs reprises durant l’entretien.

 

 

« Je ne vois pas pourquoi l’étude de The Lancet serait foireuse », a jugé Alain Finkielkraut

Ce sentiment anti-élite, exacerbé à ses yeux par les déclarations du médiatique défenseur de l’hydroxychloroquine, galvanise ceux qui pensent que « nos gouvernements sont des traites ». « Ils pensent que la France d’en haut et la France d’en bas forment deux mondes irréconciliables et que le premier doit disparaitre pour que le second puisse être totalement souverain », a-t-il déploré, jugeant cette attitude « extraordinairement dangereuse ».

 

A lire aussi

 

La controverse autour de l’efficacité de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19 a pris ces derniers jours un énième tournant, avec la publication dans la revue The Lancet d’une étude observatoire mettant en évidence les effets délétères supposés du médicament. « Je ne vois pas pourquoi l’étude de The Lancet serait foireuse », a cinglé Alain Finkielkraut, paraphrasant ainsi Didier Raoult, très critique vis-à-vis de l’étude. Pour le philosophe, le professeur marseillais aurait une vision biaisée de l’efficacité de son traitement, parce que « les 3.000 patients soignés par le professeur Raoult avaient un âge moyen de 45 ans ».

 

 

« Par conséquent, ils étaient peu susceptibles de développer la maladie sous une forme grave ». Si Didier Raoult avait cherché à faire une étude randomisée sur sa « prétendue découverte », a-t-il jugé, « on serait déjà fixé ». Alain Finkielkraut a ensuite visé Michel Onfray et sa nouvelle revue, dans laquelle Didier Raoult devrait publier des articles.

 

 

La revue Front Populaire de Michel Onfray est « la revue de la révolte de la plèbe » pour Alain Finkielkraut

Didier Raoult est entouré de gens qui disent « qu’il est le vengeur masqué de la France d’en bas, ceux qui opposent la province à Paris, l’intuition à la méthode, la liberté au sytème et le peuple à l’élite. Je vois que Michel Onfray crée une revue, Front Populaire – la revue de la révolte de la plèbe – et Raoult devient son emblème. Où est la science là-dedans ? C’est un discours politique inspiré par le ressentiment et la haine. Je trouve ce discours extrêmement dangereux. Il renvoie à ce qu’il y a de pire dans la tradition française », a-t-il fustigé. Il a également cherché à décridibiliser les politiques ayant fait allégeance à Didier Raoult, des personnalités « pas plus médecins que moi », a-t-il estimé.

 

A lire aussi

 

Il a cependant épargné les malades ayant tenté à tout prix d’obtenir le traitement. « Je comprends la volonté d’un certain nombre de patients qu’il leur soit prescrit la chloroquine, puisque ce traitement a été présenté comme un médicament miracle alors que le coronavirus fait peur. Je trouve cela légitime ». Légitime, a aussi été à ses yeux le choix du confinement pour protéger des vies, quitte à déclencher une crise économique dans le pays. « Le fait d’avoir figé l’économie pour sauver des vies est à l’honneur de notre civilisation ».

 

 

« Nous sommes tous égaux devant la mort et nous n’avons pas à abandonner les vieux. Sinon, cela aurait été rien d’autre que du darwinisme social : on mise sur la survie du plus apte pour permettre à l’économie de tourner. Ce raisonnement me semble humainement déplacé », a-t-il conclu.

 

Nicolas Gomont

 

Retrouvez les interviews politiques