Grève : Le grand gagnant de Noël pourrait être Amazon…

Pour la première fois Amazon France a rendu public son chiffre d’affaires qui a atteint l’an dernier 4,5 milliards d’euros. C’est énorme. C’est deux fois plus que Cdiscount, le numéro deux du e-commerce en France. Et c’est beaucoup plus qu’un groupe comme FnacDarty qui réalise certes un chiffre d’affaires total de 7 milliards et demi. Mais 80% de ce chiffre d’affaires est réalisé dans ses 780 boutiques alors qu’Amazon fait ses milliards uniquement par Internet.

 

Pour Amazon la fin d’année est cruciale.

Et si je dis qu’Amazon sera le grand gagnant de Noël c’est que chez eux, encore plus que chez les autres commerçants, la fin d’année est cruciale. C’est sur cette période qu’Amazon engrange le plus de commandes et cette année avec les grèves qui perturbent les transports, ils ont sans doute eu droit à un petit surcroit de trafic et de commandes.

 

 

Qu’est-ce qui explique le succès d’Amazon ?

La première raison pour laquelle les clients viennent et reviennent sur Amazon c’est le choix. On ne trouve pas tout sur Amazon mais presque tous les objets quand même. Sur le site Amazon il y a plus de 500.000 références. C’est en moyenne dix fois plus que dans un hypermarché. Sur les prix, Amazon n’est pas toujours le moins cher, mais ils sont toujours très compétitifs. Et puis derrière, s’ils sont si efficaces, c’est une combinaison de facteurs : c’est l’interface qui est conviviale, le moteur de recherche et de recommandations qui fonctionne et surtout c’est le service client. Chez Amazon, le client c’est la grande priorité. Et même si bien sûr tout n’est pas parfait, c’est un groupe qui écoute et qui essaye sans arrêt de s’améliorer.

 

 

A lire aussi

 

 

Est-ce que la croissance d’Amazon peut se poursuivre encore longtemps ?

Ils ont beaucoup d’avance, ils ont des sources de revenus diversifiées ce qui leur permet de perdre de l’argent sur certains fronts pour avancer sur d’autres. C’est un acteur mondial qui n’a souvent que des acteurs domestiques face à lui. Ils ont aussi trouvé une sorte de martingale avec leur service Amazon Prime qui permet en échange d’un abonnement annuel d’être ensuite livré sans supplément et sans limitation toute l’année. C’est un service qui leur permet de rendre leurs clients beaucoup plus fidèles. Ca pousse à consommer de plus en plus de choses via Amazon. Maintenant, le groupe a quand même des challenges. D’abord ils ne proposent pas vraiment tout. Ils sont par exemple très faibles dans l’alimentaire. Et l’alimentation c’est clef. C’est beaucoup d’achats, ce sont des achats du quotidien. C’est du business récurrent. Et deuxièmement, ils vont finir par être pénalisés par l’absence d’un réseau physique de distribution. Etre internet et boutique c’est l’avenir je pense. Aux Etats-Unis ils ont racheté une chaîne de supermarchés. En France, ils seront peut-être obligés de le faire. Mais ce jour-là, leur modèle sera moins pur, plus complexe à gérer… Je reste très optimiste pour Amazon mais il ne faut pas oublier que même s’ils sont gros, leurs marges sont faibles et la concurrence s’améliore.

 

David Barroux

 

Plus d’articles sur le décryptage économique de David Barroux